Football : Chelsea-PSG, une "riche" confrontation

Ce mercredi, Chelsea et le PSG s’affrontent en 8e de finale retour de la Ligue des champions. Les deux clubs sont bâtis sur le même modèle économique à partir de fortunes russe et qatarie.

(Le PSG quatrième club le plus riche du monde joue à Chelsea, à la huitième place de ce palmarès financier @ SIPA / NIVIERE)

Le PSG joue ce mercredi soir son match retour des 8e de finale à Chelsea, avec l'avantage d'une victoire 2 à 1 au match aller, dans le jardin parisien. Au6delà de l'aspect sportif, la confrontation est aussi celle d'un même modèle économique.

A LIRE AUSSI ►►►Clubs les plus riches du monde : le PSG dans le dernier carré

Des fortunes aux commandes

Les supporters adversaires de Chelsea et du PSG se moquent parfois des fortunes des deux clubs. Malgré les années et les titres, le club anglais ne fait toujours pas l’unanimité. Les critiques portent souvent sur le coût des victoires.

Au palmarès des clubs les plus riches, le Paris Saint-Germain est gagnant : le reportage à Londres de Sébastien Hazard
--'--
--'--

Investissements au long cours

Le milliardaire russe Roman Abramovitch a pris les commandes de Chelsea en 2003 mais il n’a remporté la Ligue des champions que neuf ans plus tard, après avoir englouti un milliard d’euros. Entre le club londonien et le PSG, il y a des points communs reconnait l’avant-centre de l’équipe parisienne Zlatan Ibrahimovic. "J’ai beaucoup de respect  pour ce qui s’est passé avant, mais je pense que le club est né quand les Qataris ont pris le contrôle du PSG avec un nouveau projet'. "Si vous regardez celui de Chelsea" ajoute Ibrahimovic, "c’est la même chose, mais dix ans plus tôt. Et ils ont mis beaucoup de temps avant de remporter la Ligue des champions".

Même freiné par le fair-play financier, le PSG est maintenant le quatrième club le plus riche du monde et Chelsea figure à la huitième place de ce palmarès. Depuis plusieurs années, Roman Abramovitch investit toutefois un peu moins. Il a même un peu tergiversé avant de se séparer en décembre 2015 de José Mourinho, pas emballé à l’idée de donner à son entraineur vedette des indemnités de licenciements record.