Football : à la Coupe d'Asie des nations, la Palestine jouera à l'ombre de la guerre de Gaza

La sélection palestinienne s'apprête à participer pour la troisième fois à la Coupe d'Asie des nations, qui débute le 12 janvier au Qatar.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le sélectionneur tunisien de la Palestine, Makram Daboub (à g.) lors d'une session d'entraînement, le 29 décembre 2023. (MOHAMMED ALSHEHRI / AFP)

Des proches de joueurs tués, des stades bombardés et un championnat à l'arrêt : le football palestinien, dont la sélection s'apprête à disputer la Coupe d'Asie des nations, paie aussi un lourd tribut à la guerre dévastatrice qui oppose Israël au Hamas dans la bande de Gaza. A moins de deux semaines de la compétition continentale au Qatar (12 janvier-10 février), l'équipe de Palestine n'a pas la tête au football.

Les joueurs "suivent l'actualité après et avant l'entraînement, dans le bus, à l'hôtel. Ils sont tout le temps anxieux et pensent à leurs familles, a confié par téléphone à l'AFP le sélectionneur tunisien de l'équipe Makram Daboub. Nous avons des problèmes physiques, techniques et tactiques à cause de la suspension du championnat et du manque de compétition, sans oublier l'aspect mental".

La sélection palestinienne, qui disputera la Coupe d'Asie pour la troisième fois, est attendue mardi à Doha pour un ultime stage de préparation avant le début de la compétition. "Les supporters palestiniens comptent beaucoup sur la sélection pour qu'elle obtienne des bons résultats (...), malgré les conditions difficiles que traverse notre peuple en raison de l'agression israélienne qui a entraîné l'arrêt des compétitions", a écrit lundi l'agence de presse officielle de l'Autorité palestinienne.

"Hisser le drapeau palestinien"

Les championnats de Cisjordanie et de la bande de Gaza sont en effet suspendus depuis le début de la guerre déclenchée par une attaque inédite du Hamas palestinien sur le sol israélien. Dans l'équipe nationale, "de nombreux joueurs souffrent, je peux citer parmi eux Mahmoud Wadi et Muhammad Saleh", souligne le sélectionneur. "Ils sont professionnels en Egypte, mais leurs familles sont à Gaza et leurs maisons ont été détruites. Certains de leurs proches ont été tués ou déplacés (...). Ils vivent dans des conditions difficiles".

"Notre objectif est la qualification pour des tours avancés de la Coupe d'Asie, et montrer un visage qui honore le football palestinien", estime Makram Daboub. "Hisser le drapeau palestinien dans des forums internationaux ou des compétitions continentales est une affirmation de l'identité palestinienne et du fait que sur la terre de Palestine, il y a un peuple qui mérite la liberté et une vie meilleure", clame le coach.

Stade de Gaza détourné

Le président de la fédération palestinienne de football, Jibril Rajoub, accuse l'armée israélienne de "cibler les installations sportives, les clubs et les sièges des fédérations." "Nous avons vu des images horribles lors de son invasion du stade de Yarmouk dans la bande de Gaza qu'elle a transformé en centre de détention, d'abus et d'interrogatoire, en violation flagrante de la Charte olympique", ajoute ce membre historique du parti Fatah, du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Jibril Rajoub fait référence à des images montrant des Palestiniens, parmi lesquels des enfants, dévêtus sur le terrain de foot du stade de Gaza, bâti en 1938. Selon l'armée israélienne, ils étaient soupçonnés d'être impliqués dans "des activités terroristes".

La Fédération palestinienne de football a annoncé avoir envoyé une lettre au Comité international olympique (CIO) et la Fifa pour "constater les destructions des infrastructures" et exiger "une enquête internationale urgente sur les crimes de l'occupation contre les athlètes en Palestine".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.