Foot : les trois citations à retenir de l'interview de Didier Deschamps au "Monde"

Système de jeu, réseaux sociaux, comportement des joueurs... Le sélectionneur de l'équipe de France fait le point avant le début de la Coupe du monde.

Le sélectionneur de l\'équipe de France, Didier Deschamps, le 13 mai 2014 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
Le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, le 13 mai 2014 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). (FRANCK FIFE / AFP)

Didier Deschamps se livre. Dans une interview accordée jeudi 15 mai au journal Le Monde, le sélectionneur de l'équipe de France détaille ses objectifs pour la Coupe du monde à venir - une qualification pour les 8es de finale - et les règles de conduite qu'il fixe à son groupe pendant la compétition.

Francetv info a retenu trois citations marquantes.

1"Zidane et Platini, ils ne peuvent plus jouer. Beaucoup d'équipes jouent sans meneur de jeu, aujourd'hui"

Interrogé sur le paradoxe entre vouloir imposer son jeu tout en évoluant sans réel numéro 10, Didier Deschamps répond qu'il n'a pas de joueur capable de tenir ce rôle. Mathieu Valbuena, Clément Grenier ou encore Samir Nasri apprécieront. Il sous-entend également que l'on peut très bien s'en passer dans le football moderne.

2"Les nouvelles technologies, elles sont là, je ne vais pas aller à leur encontre. Mais il y a aussi les mauvais côtés. (…) Aujourd'hui, il y a une intrusion permanente"

Le sélectionneur va-t-il interdire aux joueurs de tweeter pendant le tournoi ? Il y réfléchit, parce que "ce qui se passe en interne devrait rester en interne" et qu'il regrette "une intrusion permanente". Mais Didier Deschamps n'ira peut-être pas jusque-là. "On ne va pas aller au Brésil et se couper du monde en se mettant dans un bunker", nuance-t-il.

3"Je sais aussi que les soirées des journalistes sont très animées. (…) Vous pouvez avoir des dossiers sur les joueurs, mais j’en ai aussi sur vous"

Alors qu'on le questionne sur la présence d'une maison close à 500 m de l'hôtel des Bleus, le sélectionneur contre-attaque. "Vous êtes mieux renseignés que moi", lance-t-il, avant d'accuser les journalistes d'aller "dans les mêmes endroits" que les footballeurs. Au passage, il menace de révéler les dossiers qu'il aurait constitués sur les journalistes. Ambiance.