Aucun incident, défense bleue fautive et qualification retardée : ce qu'il faut retenir du match nul entre la France et la Turquie (1-1)

Malgré l'ouverture du score d'Olivier Giroud, dès son entrée en jeu, la Turquie a égalisé et empêche les Bleus de se qualifier directement pour l'Euro 2020.

Le joueur de l\'équipe de France Antoine Griezmann lors du match France-Turquie, le 14 octobre 2019 au Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
Le joueur de l'équipe de France Antoine Griezmann lors du match France-Turquie, le 14 octobre 2019 au Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (MARTIN BUREAU / AFP)

Les Bleus devront encore attendre. En cas de victoire contre les Turcs lundi 14 octobre au Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'équipe de France de football se qualifiait pour l'Euro 2020. Les hommes de Didier Deschamps pensaient avoir fait le plus dur avec l'ouverture du score d'Olivier Giroud (76e minute) de la tête sur corner. Mais les Turcs, accrocheurs et bien organisés en défense, ont réussi à égaliser quelques minutes plus tard, toujours de la tête, par Ayhan. Ce score de parité (1-1) fait les affaires des Turcs qui restent en tête du groupe H. Il reste encore deux matchs aux Bleus pour décrocher leur billet pour l'Euro 2020. Voici ce qu'il faut retenir de cette rencontre animée.

Pas d'incidents majeurs à déplorer

C'était un match classé "à risque" par les autorités. Un dispositif spécial avait même été mis en place. Le contexte géopolitique et la présence de plusieurs dizaines de milliers de supporters turcs faisaient craindre des débordements. Mais, hormis les sifflets qui sont descendus des tribunes lorsque les Bleus avaient le ballon, il n'y a pas eu d'incidents majeurs à déplorer. La Marseillaise, que certains craignaient de voir siffler, a finalement été jouée sans encombre. Les supporters de la Turquie rassemblés dans le parcage visiteurs du Stade de France ont même majoritairement applaudi l'hymne tricolore.

En revanche, le fameux salut militaire, déjà réalisé vendredi 11 octobre après le succès contre l'Albanie, a été reproduit par les joueurs turcs à la fin de la rencontre. Ce geste, qui peut être assimilé à "une provocation" par l'UEFA, n'a pour le moment pas été expliqué par l'équipe turque. Est-ce un signe de soutien à l'armée turque qui a lancé une offensive majeure en Syrie ? Les joueurs et le sélectionneur turcs n'ont pas commenté.

A la fin du match contre la France, les Turcs ont réalisé un salut militaire, le 14 octobre 2019 au Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
A la fin du match contre la France, les Turcs ont réalisé un salut militaire, le 14 octobre 2019 au Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (ALAIN JOCARD / AFP)

Olivier Giroud toujours plus proche de Michel Platini

Après avoir offert la victoire en Islande sur penalty, Olivier Giroud, qui joue peu à Chelsea, était remplaçant pour ce match décisif au Stade de France. A sa place, Wissam Ben Yedder, l'attaquant de l'AS Monaco, a été très discret et n'a pas pesé. L'attaquant de Chelsea est entré sur la pelouse à la 72e minute. Quatre minutes plus tard, il a surgi au premier poteau pour ouvrir le score en propulsant de la tête un corner tiré par Antoine Griezmann. Il s'agit de son 38e but en 95 sélections. Il est désormais à trois réalisations de Michel Platini (41 buts), deuxième meilleur buteur de l'histoire des Bleus. 

La défense bleue prise au piège des coups de pieds arrêtés

Les coups de pieds arrêtés turcs étaient l'un des points forts de l'équipe turque pointés par le staff tricolore. A Konya, au moins de juin, c'était sur une de ses phases de jeu que les joueurs de Senol Günes avaient inscrit un but face à l'équipe de France. Lundi 14 octobre, les Bleus ont à nouveau pêché dans ce domaine en toute fin de rencontre alors qu'ils menaient au score. Le coup franc tiré par le joueur du Milan AC, Calhanoglu, a trouvé la tête de Ayhan au second poteau, étrangement seul, qui a pu tromper Steve Mandanda. Un but qui n'a pas plu à Antoine Griezmann : "on a dit, on a redit, on a reredit, on a rereredit à la vidéo qu'ils étaient dangereux sur coup de pied arrêté et au second poteau et on prend ce but", a pesté l'attaquant tricolore après la rencontre. "Ils nous avaient marqué un but sur coup de pied (arrêté) à l'aller. On aurait pu l'éviter même s'il est très bien tiré", a simplement commenté Didier Deschamps après la rencontre. 

Tout reste à jouer pour la qualification

Avec ce résultat nul, la Turquie et la France sont au coude à coude en tête du groupe H avec 19 points. Mais les Turcs occupent la première à la faveur de la différence de buts particulière entre les deux formations. Aucune des deux équipes n'est mathématiquement qualifiée pour l'Euro 2020 puisque, dans le même temps, l'Islande s'est imposée 2-0 contre Andorre. Les Islandais, avec 15 points, ont encore une chance de prendre un des deux tickets pour l'Euro, alors qu'il reste deux matchs à disputer.

Pour les Bleus, le calcul est simple : une victoire lors des deux derniers matches contre la Moldavie (le 14 novembre) et en Albanie (le 17 novembre), ou deux matchs nuls leurs permettront de valider leur billet pour l'Euro. "Il faudra finir le travail au mois de novembre", a conclu Didier Deschamps.