Foot : le Covid-19 prétexte ou réel motif de report d'un match Bénin-Sierra Leone ?

La rencontre Bénin - Sierra Leone mardi en éliminatoires de la CAN 2021, a été reportée après que des joueurs béninois ont été testés positifs au Covid-19. L'équipe béninoise dénonce une mascarade.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Steve Mounié, l'un des joueurs testés positifs par la Sierra Leone, le 9 décembre 2017 à Brighton. (OLI SCARFF / AFP)

Une heure avant le coup d'envoi mardi 30 mars, la délégation béninoise arrive au stade de Freetown. Et c'est alors que l'équipe est avertie : six joueurs seraient positifs au coronavirus Covid-19, selon les tout derniers tests, tests menés par les autorités de Sierra Leone, l'hôte du match et donc adversaire du soir. Le contexte est particulier car la Sierra Leone doit battre le Bénin pour se qualifier pour la Coupe d'Afrique des Nations.

"Mascarade, scandale !", s'indignent immédiatement les Béninois qui constatent, ne croyant pas à une coïncidence, que les titulaires concernés sont les meilleurs : le capitaine et des joueurs de Ligue 1 et de Ligue 2 françaises. Surtout, ils affirment que des tests Covid avaient déjà été réalisés 72 heures auparavant, tous négatifs. D'ailleurs, mardi soir, l'entraîneur du Stade brestois, Olivier Dall'Oglio, au micro de France Bleu Breizh Izel, ne croyait pas à cette présumée contamination de son joueur Steve Mounié.

"On a eu des nouvelles, et a priori il n'y a aucun souci pour Steve, qui n'est pas positif."

Olivier Dall'Oglio

à franceinfo

Après avoir passé plus de quatre heures dans leur bus devant le stade, les Béninois sont finalement rentrés à l'hôtel. La Confédération africaine de football a pris la décision d'annuler le match. Aucune nouvelle date n'a pour le moment été fixée, dans l'attente d'une décision de la CAF. Néanmoins les responsables des deux sélections ont accepté que de nouveaux tests de détection du Covid-19 soient réalisés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.