Foot : la France écrase la Bulgarie (4-1) en match qualificatif pour le Mondial 2018

Après un début de match catastrophique, les Bleus se sont réveillés à partir de la vingtième minute et ont déroulé face à une équipe bulgare assez faible. 

Kevin Gameiro (à gauche) et Antoine Griezmann célèbrent le quatrième but de l\'équipe de France face à la Bulgarie en match qualificatif du Mondial 2018, au Stade de France, le 7 octobre 2016. 
Kevin Gameiro (à gauche) et Antoine Griezmann célèbrent le quatrième but de l'équipe de France face à la Bulgarie en match qualificatif du Mondial 2018, au Stade de France, le 7 octobre 2016.  (FRANCK FIFE / AFP)

La France a littéralement écrasé la Bulgarie (4-1) en match qualificatif pour le Mondial 2018, vendredi 7 octobre au Stade de France. Après un début de match catastrophique, les Bleus se sont réveillés à partir de la vingtième minute et ont déroulé face à une équipe bulgare assez faible. Kevin Gameiro deux fois, Antoine Griezmann et Dimitri Payet sont les buteurs français. Que retenir de cette rencontre ? 

Un duo Gameiro-Griezmann qui marche bien

C'est l'enseignement majeur de la soirée : la France s'est peut-être trouvée une nouvelle attaque. Olivier Giroud blessé, André-Pierre Gignac moins performant, Didier Deschamps a donné sa chance à Kevin Gameiro pour former le duo d'attaquant avec Antoine Griezmann. Deux joueurs qui culminent à 1,76 m... ce qui n'a pas empêché Gameiro de marquer de la tête le but de l'égalisation française. Le duo de l'Atletico Madrid a étalé sa complicité sur le terrain, les deux joueurs se cherchant constamment. La question est de savoir si Didier Deschamps va reconduire les deux joueurs et la formule offensive qui va avec face aux Pays-Bas, le match le plus difficile du groupe A, lundi 10 octobre.

Paul Pogba sur courant alternatif

Inexistant en première période, un peu plus inspiré en seconde, Paul Pogba rend une copie brouillonne, très loin des espoirs que le milieu de Manchester United a pu susciter. Installé dans un poste de milieu récupérateur qui bride sa créativité, il n'a vraiment existé dans la partie que quand l'équipe bulgare a explosé physiquement.

A son crédit, une frappe magnifique des 30 mètres qui a failli finir au fond des filets. A son débit, 45 minutes d'imprécision, et les questions qui se posent toujours autour de son positionnement, quatre ans après ses débuts en bleu.

La défense encore en chantier

Contre une équipe de Bulgarie, 74e nation mondiale et vraiment faible sur le terrain, les Bleus ont commencé par offrir un visage catastrophique. Un quart d'heure d'errements défensifs, sanctionnés par un penalty concédé bêtement par Bacary Sagna. Chaque contre bulgare provoquait des frissons dans les tribunes du Stade de France. Et d'un seul coup, les joueurs offensifs français ont remis le pied sur le ballon, pour un attaque-défense dans le camp bulgare qui a duré 70 minutes. La charnière Varane-Koscielny manque d'un match parfait pour faire taire les doutes. Pourquoi pas contre les Pays-Bas, à Amsterdam, dans quatre jours ?