Fair-play financier : "Le PSG va avoir l’UEFA sur le dos pendant toute la saison"

Thierry Granturco, avocat spécialisé dans le droit du sport, a décrypté pour franceinfo les enjeux de l'enquête ouverte par l'UEFA contre le PSG. 

Les joueurs parisiens de football Marco Verrati et Neymar célèbrent un but le 20 août 2017 au Parc des Princes. 
Les joueurs parisiens de football Marco Verrati et Neymar célèbrent un but le 20 août 2017 au Parc des Princes.  (THOMAS SAMSON / AFP)

La politique de recrutement du PSG commence à irriter les autres clubs de football européens. Le Real Madrid et le FC Barcelone l'ont clairement fait savoir. De son côté, l'UEFA a ouvert une enquête sur le respect du fair-play financier alors que le PSG a dépensé 220 millions d'euros pour recruter Neymar et 180 millions d'euros pour Kylian Mbappé. Pour Thierry Granturco, avocat spécialisé dans le droit du sport, invité de franceinfo samedi 2 septembre, "le PSG va avoir l’UEFA sur le dos pendant toute la saison".

franceinfo : l'UEFA pouvait-elle faire autrement que d'ouvrir une enquête ?

Thierry Granturco : Si l’UEFA n’avait pas ouvert d'enquête après un été aussi dispendieux du PSG, elle n’en aurait jamais ouvert. Il faut vérifier les pratiques contractuelles qui ont été utilisées par les Parisiens pour attirer Neymar et Mbappé d’une part. Mais d'autre part sur le fait d’annoncer un budget à 550 millions et de pouvoir dépenser 400 millions sur un seul été. Donc il faut vérifier.

Le PSG s’est dit surpris par l’ouverture de l’enquête, et se défend en assurant avoir prévenu les instances européennes au fur et à mesure de ses dépenses cet été. Le club parisien devait-il le faire ?

Le PSG n’avait pas nécessairement à le faire. Mais ceci étant, c’était bien pensé de la part des dirigeants parisiens pour essayer de calmer les ardeurs de l’UEFA. Ça n’a manifestement pas suffi, et on peut le comprendre puisque toute l’Europe a vu cet été le PSG agir sur le marché du transfert de manière relativement agressive. Il est normal, au moins politiquement, que l’UEFA ouvre une enquête pour s’assurer que toutes les pratiques relatives au fairplay financier ont été respectées.

Ce qu’on reproche au PSG, c’est d’être adossé à un État [le Qatar] aux moyens illimités et du coup d’être sur le marché du foot professionnel sans avoir à jouer les règles économiques du football professionnel.Thierry Granturco, avocat spécialisé dans le droit du sportà franceinfo

J’ai tendance à croire les dirigeants parisiens quand ils disent ne rien avoir à craindre de l'enquête de l'UEFA. Par contre, on peut penser qu’après cet été la Commission européenne se penchera également sur les pratiques du football, comme elle l’a fait en 1995 avec l’arrêt Bosman. Et cela parce que l’on voit que le foot est en train de faire sauter tous les couvercles de marmites possibles et imaginables en mettant en avant des pratiques qui posent question au regard du droit de la concurrence.

Les supporters parisiens vont-ils pouvoir profiter des stars Neymar et Mbappé en attendant les résultats de l'enquête de l'UEFA ?

Oui, parce que les enquêtes de l’UEFA sont des enquêtes qui se concluent à la fin d’une saison. Si des sanctions devaient tomber, elles n’auraient d’application que pour la saison prochaine 2018-2019. Donc, a priori les Parisiens vont profiter de leurs recrues. Pendant l'enquête, l'UEFA va s’assurer de faire une photographie des pratiques et de la situation financière du PSG aujourd’hui puis tout au long de la saison. Elle va s’assurer que les recettes estimées par le PSG rentrent bien dans les caisses du club, et que par ailleurs toutes les dépenses estimées par le PSG n’excèdent pas ses prévisions. On peut dire que le PSG va avoir l’UEFA sur le dos pendant toute la saison.

"Si des sanctions devaient tomber, elles n’auraient d’application que pour la saison prochaine 2018-2019" Thierry Granturco, avocat spécialisé dans le droit du sport à franceinfo.
--'--
--'--