Cet article date de plus de huit ans.

Vidéos A Marseille, des heurts éclatent dans les tribunes du Vélodrome à la fin du match Russie-Angleterre

Des violences ont opposé des supporters anglais et russes dans le centre-ville de Marseille (Bouches-du-Rhône). Après la rencontre, de brefs heurts ont éclaté au coup de sifflet final.

Article rédigé par franceinfo avec Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des supporters s'affrontent dans les tribunes du stade Vélodrome, au coup de sifflet final du match Angleterre-Russie, le 11 juin 2016 à Marseille. (REUTERS)

Une cinquantaine de supporters russes s'en sont pris à des supporters anglais à l'intérieur du stade Vélodrome de Marseille, (Bouches-du-Rhône) samedi 11 juin, à la fin du match entre la Russie et l'Angleterre (1-1), dans le cadre de l'Euro. Les Russes ont attrapé des drapeaux et jeté des projectiles, forçant des Anglais à passer par-dessus des barrières. Plusieurs vidéos montrent des mouvements de foule. Pour le moment, aucune information n'est disponible sur la présence d'éventuels blessés.

Dans l'après-midi, plus de trente blessés dans le centre-ville

Avant le début du match, 31 personnes avaient été blessées dans des heurts qui ont éclaté dans le centre-ville de Marseille, dont un Anglais entre la vie et la mort. Selon la préfecture des Bouches-du-Rhône, six personnes ont été interpellées. Après le coup de sifflet final, les heurts ont aussitôt débuté dans l'enceinte du stade, devant les caméras de télévision.

Un homme marche sur une bâche alors que des heurts éclatent au stade Vélodrome, samedi 12 juin, à la fin de la rencontre entre la Russie et l'Angleterre, dans le cadre de l'Euro. (BURAK AKBULUT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Selon le quotidien La Provence, les supporters russes ont été contenus dans le stade à la fin de la rencontre, afin d'éviter les affrontements anglais. Ceux-ci se sont dirigés vers les principales artères dans la ville, dans le calme. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.