Euro 2016 : pourquoi Antoine Griezmann n'est pas aussi parfait qu'on le pense

Carrière idéale, sourire "colgate", état d'esprit irréprochable... l'attaquant de l'équipe de France a tout pour devenir le joueur préféré du pays. Et, vous aussi, ça vous énerve.

Antoine Griezmann, l\'attaquant de l\'équipe de France de football, semble tellement parfait qu\'il en devient suspect.
Antoine Griezmann, l'attaquant de l'équipe de France de football, semble tellement parfait qu'il en devient suspect. (FRANCK FIFE / AFP)

Faites le test : essayez de parler de l'Euro 2016 dans une soirée où peu de gens sont des fondus de ballon rond. Assez rapidement, on vous expliquera à quel point les Bleus sont idiots/prétentieux/tricheurs/trop payés, surtout lorsque les mots "Benzema", "Ribéry" ou "Knysna" sont prononcés. Mais un nom viendra peut-être faire taire les critiques, celui d'Antoine Griezmann. Le petit attaquant des Bleus, double buteur, dimanche 26 juin, lors de la victoire des Bleus contre l'Irlande, en huitième de finale de l'Euro 2016, a tout du joueur parfait : une carrière au sommet, une élégance évidente, un look à la page et un état d'esprit sans accroc. Et en plus, il est drôle et il plaît aux dames.

Sauf que ce type de perfection ne vous convient pas. Vous aimez trop les joueurs de caractère comme Cantona, Best ou Stoichhkov. Et les sulfureuses histoires de vestiaires vous manqueraient trop, si le football était aussi immaculé et lisse que la réputation d'Antoine Griezmann.

Francetv info vous donne cinq raisons de rappeler, avec pas mal de mauvaise foi, qu'en réalité, le petit Antoine n'est pas un saint.

Il a déjà fauté

Autant dire que d'entrée, on appuie là où ça fait mal. Dans la vie d'Antoine Griezmann, la date du 13 octobre 2012 reste gravée à) jamais : c'est le jour où sa carrière a failli basculer. Ce soir-là, à trois jours d'un match décisif en Norvège, cinq joueurs de l'équipe de France espoirs quittent leur hôtel du Havre en silence pour aller faire la fête dans une boîte de nuit parisienne. Parmi eux, Antoine Griezmann, alors âgé de 21 ans. Le pot-aux-roses est vite découvert, comme le raconte L'Equipe. Les Bleuets sont sèchement battus en Norvège.

A l'époque, toute la France du foot leur tombe dessus à bras raccourci, alors que le pays n'est pas encore remis de l'épisode du bus de Knysna. Yann M'Vila, considéré comme le meneur de l'escapade nocturne, est suspendu d'équipe de France pour 18 mois, jusqu'au 30 juin 2014, le privant d'une éventuelle sélection pour la Coupe du monde au Brésil. Les quatre autres, parmi lesquels Griezmann, sont eux interdits de maillot bleu pendant un an.

Deux d'entre eux, le Rennais Yann M'Vila et le Toulousain Wissam Ben Yedder, font appel de la sanction. Griezmann, lui, l'accepte et assume. Il reconnaît avoir "agi sur un coup de tête" et confie à L'Equipe que "c'est après que tu réalises vraiment que c'est une erreur."

Plus que son attitude, ce qui protège le jeune attaquant de la polémique qui fait rage en France, c'est son éloignement géographique. Antoine Griezmann joue alors pour la Real Sociedad, le club phare de San Sebastian, au Pays Basque espagnol. Une fois sa suspension passée, il revient sans problème en grâce à la FFF et se retrouve même sélectionné, avec succès, pour la Coupe du monde 2014.

Il n'a pas toujours été adulé par tout le monde

Avant qu'il n'enflamme les stades espagnols, Antoine Griezmann a connu des années de vache maigre. Adolescent, le jeune Français originaire de Mâcon (Saône-et-Loire), est vite repéré par le centre de formation du grand club de la région, l'Olympique Lyonnais. Mais comme le raconte à L'Equipe Gérard Bonneau, le responsable du recrutement du club, l'OL lui ferme finalement ses portes : "Il est tombé dans une génération [de joueurs nés en] 1991 très forte, avec beaucoup de joueurs offensifs comme Grenier, Lacazette, Tafer... Et tout le monde, au club, n'était pas d'accord pour son intégration."

Il tente ensuite sa chance à Sochaux, Metz, Saint-Etienne ou Auxerre. Mais sa taille, 1,40 m à 13 ans, l'empêche de percer en France. C'est finalement la Real Sociedad qui le repère lors d'un tournoi, l'enrôle après seulement un essai et le met sur la route de la gloire.

Mais celui qui est devenu une immense star, que les plus grands clubs du monde rêvent d'attirer, ne semble pas nourrir d'esprit de revanche contre les clubs français qui l'ont rejeté, comme il l'a déclaré sur Canal+ : "Peut-être que je n'étais pas bon et qu'ils ne voulaient pas me le dire. Maintenant, grâce à eux, je joue dans un des meilleurs championnats du monde." Alors, pas rancunier Antoine Griezmann ? Il s'est tout de même permis de marquer sur un retourné acrobatique contre  l'OL, en coupe d'Europe en 2013. Comme un petit goût de revanche...

Le 20 août 2013 lors d\'un match de Ligue des Champions, Antoine Griezmann avait laissé éclaté sa joie après avoir marqué un but superbe contre Lyon, le club qui lui avait fermé ses portes quelques années plus tôt.
Le 20 août 2013 lors d'un match de Ligue des Champions, Antoine Griezmann avait laissé éclaté sa joie après avoir marqué un but superbe contre Lyon, le club qui lui avait fermé ses portes quelques années plus tôt. (MAXPPP)

Il a le nez collé dans les jeux vidéos

Antoine Griezmann ne fait pas que vaguement ressembler à Squeezie, il a également les mêmes hobbies que l'agaçant youtubeur, spécialiste des jeux vidéos. L'attaquant français est en effet connu pour être une véritable terreur des consoles, notamment, sans suprise, sur le jeu de foot Fifa 16. Il a d'ailleurs été choisi par EA Sports pour figurer sur la jaquette du jeu.

"C’est un très, très, gros joueur, affirme Blaise Matuidi, son coéquipier chez les Bleus dans France Football. Il est impressionnant. Aussi fort en vrai que sur console." Rien d'étonnant quand on sait que l'attaquant passe une grande partie de son temps à jouer à des jeux de foot. Son salon ? "C'est là où je joue tous les après-midi à Fifa" explique-t-il à RMC Sport. Son occupation après un match ? "Faut que je joue à Football Manager !" glisse-t-il à bord d'un avion lors du Mondial 2014.

C'est aussi l'occasion pour ce maniaque de la manette de nourrir un ego surdimensionné. Quand il fait la promotion de Fifa 14 en recevant deux journalistes sportifs chez lui, il joue bien sûr avec son double virtuel.

Un double qu'il ne trouvait pas suffisamment bon, selon un manager d'EA Sport interrogé par RMC : "Je l’ai eu au téléphone récemment. Il m’a dit : 'Quoi ? Ma note n’est que de 83 dans le jeu ! Je veux être bien meilleur'. Je lui ai répondu : 'Marque des buts et vu que les stats changent toutes les semaines, elles vont augmenter'."

Il a un look clivant

Beaucoup de Français ont découvert la tête d'Antoine Griezmann lors du Mondial 2014. Et beaucoup de Françaises ont apprécié ce quelle voyait courir en short, selon Elle, qui en a fait un "it boy", autrement dit un garçon à la mode : "Sa mère n’arrête pas de le charrier à cause de ses cheveux ? Nous on le prend comme ça ! (...) Le corps d’Antoine a beaucoup de choses à raconter, et on a hâte d’entendre ses histoires."

Si les journaux féminins approuvent son style, sa mèche peroxidée plaquée sur un crane rasé, accompagnée d'une fine moustache, ont poussé d'autres publications, notamment Metronews, à s'interroger sur cette étrange mode capillaire qui a fait des émules chez les Bleus.

Sous la mèche, Antoine Griezmann.
Sous la mèche, Antoine Griezmann. (STEPHANE ALLAMAN / AFP)

Dans La Voix du Nord, un coiffeur de Douai rappelle que cette "nouvelle" coupe est en fait une "coiffure militaire d'il y a 30 ans réactualisée". Un de ses collègues bordelais y voit "une mauvaise imitation de Brad Pitt dans Inglourious Basterds", comme il le dit dans Sud Ouest. Coïncidence ou pas, le Français a depuis un peu assagi son look, mais on n'est pas à l'abri d'une fulgurance capillaire d'ici la fin de l'Euro.

Et si des jeunes femmes le trouvent quand même "trop chou", qu'elle se rappellent que, quand il fait visiter son appartement à une caméra de RMC Sport, il lâche ce commentaire assez sexiste : "Ici la cuisine, où ma copine me fait des bons petits plats".

Certains penseront sûrement que tous ces arguments anti-Griezmann sont basés sur de la jalousie. Qu'ils se rassurent... ils ont parfaitement raison. Mais c'est justement parce qu'il a aussi des défauts qu'on a envie d'aimer encore plus Antoine Griezmann. Alors qu'il ne change surtout pas de coiffeur, qu'il s'use les pouces sur sa manette de jeu, et qu'il continue à faire le mur pour aller flamber en boîte de nuit, il n'en sera, en réalité, que meilleur à nos yeux.