Euro 2016 : les proches d'un Anglais emprisonné après les violences à Marseille lancent une pétition pour sa libération

Jugé, lundi, pour des jets de bouteilles, Ashley Kelly a été condamné à trois mois de prison ferme. Ses amis assurent qu'il n'a fait que répondre à la violence des hooligans Russes.

La pétition lancée sur le site Change.org, mardi 14 juin, pour demander la libération d\'un Anglais incarcéré après des violences entre supporters à Marseille.
La pétition lancée sur le site Change.org, mardi 14 juin, pour demander la libération d'un Anglais incarcéré après des violences entre supporters à Marseille. (CHANGE.ORG)

Cinq supporters anglais, sur les six jugés, ont été condamnés, lundi 13 juin, pour leur implication dans les violences en marge du match Angleterre-Russie, à Marseille (Bouches-du-Rhône), samedi. Parmi eux, Ashley Kelly, âgé de 26 ans et originaire de Birmingham. Il a été condamné à trois mois de prison ferme et a été incarcéré. Ses proches dénoncent une injustice, et ont lancé une pétition en ligne pour demander sa libération, signée par plus de 1 500 personnes, mardi après-midi.

Le jeune homme est accusé d'avoir lancé des bouteilles en verre en direction des supporters russes, sept selon le témoignage d'un policier. Selon sa sœur, auteure de la pétition, "il a riposté après avoir été attaqué"

L'un des quatre compagnons de voyage d'Ashley Kelly affirme, sur Twitter, qu'ils ont perdu de vue leur ami après avoir été attaqués par des Russes dans le métro.

"Comme tout le monde peut le constater, les Russes vont devoir répondre de beaucoup de choses. Ils s'entraînaient six mois avant le match", estime la sœur d'Ashley Kelly.

Ses proches avaient lancé un avis de recherche

Les proches du jeune Anglais expliquent s'inquiéter qu'il n'ait eu "aucun contact avec des Anglais ni avec sa famille", depuis samedi. Dimanche, ils avaient lancé des appels sur les réseaux sociaux pour retrouver Ashley Kelly, perdu de vue par ses amis, et qui n'avait pas assisté au match entre l'Angleterre et la Russie. Ils ont finalement été avertis par les autorités que le jeune homme avait été retrouvé, mais n'ont compris qu'il avait été arrêté que lors de sa comparution immédiate, lundi.

"Ce n'est pas juste, il est papa, avait réagi sa sœur, jointe par francetv info avant l'audience. Il avait déjà fait des déplacements avec l'Angleterre, mais il n'y a jamais eu de problème." Son avocate l'a aussi présenté comme un jeune homme sans histoires.

Une vision des choses qui n'a pas convaincu le procureur, et encore moins le tribunal, qui lui a infligé une peine de prison plus lourde que les réquisitions.