Euro 2016 : la menace des hooligans

Policiers et commerçants ont pris leurs précautions à Lille pour prévenir les incidents. Quelques échauffourées avaient éclaté hier soir.

France 3

Cet après-midi du 15 juin, au stade de Lille (Nord), les supporters russes et slovaques arrivent dans une ambiance amicale. Pourtant dès hier soir, des heurts ont éclaté entre supporters russes et britanniques, visiblement alcoolisés, comme on peut le voir sur une vidéo amateur. Des violences qui n'ont duré que quelques minutes avant l'intervention de la police. À Lille, près de 50 000 Britanniques sont présents.
Malgré les interdictions de vente d'alcool en dehors des bars et des fans zones, la bière coule à flots dès l'après-midi. "Quand les gens commencent à boire, ils veulent continuer. Interdire, ça ne fait qu'empirer les choses", estime un supporter anglais.

Prendre des précautions

En centre-ville, la plupart des commerces ont choisi de rester ouverts. Mais pour ce patron de brasserie, il fallait quand même prendre des précautions. "Pas de canettes en terrasses pour qu'elles ne puissent pas servir de projectiles. On a retiré la terrasse côté rue, on ne peut pas faire plus", dit-il au micro de France 3.
Du côté des forces de l'ordre, le dispositif est impressionnant : 4 000 policiers mobilisés dans la région, concentrés au centre-ville et autour des stades de Lille et de Lens.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des accrochages ont eu lieu mardi soir 12 juin entre supporteurs russes et polonais et la police a utilisé un canon à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser des hooligans polonais à Varsovie.
Des accrochages ont eu lieu mardi soir 12 juin entre supporteurs russes et polonais et la police a utilisé un canon à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser des hooligans polonais à Varsovie. (DIMITAR DILKOFF / AFP)