Euro 2016 : la fédération anglaise critique la sécurité dans les stades et s'inquiète pour ses supporters à Lille

L'Angleterre joue à Lens, jeudi, mais ses supporters sans billet se réuniront la veille à Lille, où ils devraient à nouveau croiser la route des Russes.

Des supporters s\'affrontent dans les tribunes du Stade-Vélodrome de Marseille après le coup de sifflet final du match Angleterre-Russie, le 11 juin 2016.
Des supporters s'affrontent dans les tribunes du Stade-Vélodrome de Marseille après le coup de sifflet final du match Angleterre-Russie, le 11 juin 2016. (VALERY HACHE / AFP)

Trois jours après les violences qui ont impliqué des supporters russes et anglais à Marseille, les pays impliqués continuent de se renvoyer la balle. Lundi 13 juin, le président de la fédération anglaise de football (FA), Greg Dyke, a écrit à l'UEFA pour dénoncer les conditions de sécurité "inacceptables" du Stade-Vélodrome, et exprimer ses "sérieuses inquiétudes" au sujet des possibles retrouvailles entre les Anglais et les Russes.

Mercredi, alors que la Russie affrontera la Slovaquie à Lille, les supporters anglais sans billet devraient se réunir dans la ville, à l'occasion du match de leur équipe le lendemain à Lens. Pour la fédération anglaise, il faut que "les autorités se réunissent le plus vite possible à Lille et à Lens pour assurer un plan [de sécurité] coordonné et efficace sur place".

Les Anglais pas responsables des incidents en tribune, selon la FA

Greg Dyke évoque également les incidents de la fin du match Angleterre-Russie à Marseille, quand des supporters russes ont chargé les Anglais dans les tribunes. La faute à "une séparation insuffisante" des deux groupes dans l'enceinte, estime-t-il. La sécurité était "inacceptable", poursuit le président de la FA, qui se demande comment des fans ont pu introduire des fumigènes dans le stade, alors qu'ils sont interdits.

La fédération n'a pas apprécié que l'UEFA, en menaçant l'Angleterre et la Russie d'une disqualification, présente les fans anglais comme "en partie responsables des terribles incidents à la fin du match", selon les termes de la FA. Pour elle, ce constat est contredit "à la fois par des preuves vidéo mais aussi par le fait que la commission de discipline de l'instance européenne du football a ouvert uniquement une procédure contre la fédération russe".

La fédération anglaise ne nie pas pour autant l'implication de supporters anglais dans les violences qui se sont produites à Marseille avant la rencontre. Une "minorité de fans anglais étaient clairement impliqués dans certains de ces incidents, ce qui nous déçoit tous, reconnaît Greg Dyke. Mais reconnaissez, s'il vous plaît, que des dizaines de milliers se sont bien comportés."