Euro 2016 : cinq choses à savoir sur Renato Sanches, la pépite portugaise

Encore dans l'ombre de Ronaldo, ce jeune joueur est l'autre star de la sélection portugaise. Pour son talent, mais pas que...

Renato Sanches à la lutte avec la Gallois Hal Robson-Kanu, le 7 juillet 2016 à Lyon (Rhône). 
Renato Sanches à la lutte avec la Gallois Hal Robson-Kanu, le 7 juillet 2016 à Lyon (Rhône).  (VLADIMIR PESNYA / SPUTNIK / AFP)

"Renato Sanches ! Retenez bien ce nom Bixente !" Cette citation est purement fictive mais elle aurait pu être signée Christian Jean-Pierre s'il avait commenté cet Euro 2016. Oubliez donc Cristiano Ronaldo, Renato Sanches est LA nouvelle star de l'équipe du Portugal. Une seule saison chez les pros au Benfica lui a suffi pour mettre sur le banc Moutinho et prendre les clés du milieu de terrain de la Selecçao. Un illustre inconnu de 18 ans devenu l'idole de tout un pays. 

Avant la finale Portugal-France, dimanche 10 juillet au Stade de France, francetv info vous dresse son portrait en cinq anecdotes. 

1Son âge fait polémique

Officiellement, Renato Sanches a 18 ans, ce qui en fait le plus jeune Portugais à participer à une grande compétition internationale. Pourtant, son âge exact est un mystère. Guy Roux, ancien entraîneur de l'AJ Auxerre, a ainsi expliqué, lors d'une interview à une chaîne de télévision roumaine, qu'il en aurait plus 23 ou 24. Une déclaration qui pourrait le conduire devant les tribunaux selon les médias portugais, le joueur ayant annoncé des poursuites judiciaires. 

Toujours est-il qu'un doute subsiste sur son âge. Si sa carte d’identité indique qu’il est né à Lisbonne le 18 août 1997, son papa, parti en France juste après sa naissance, ne l'a inscrit aux registres d'état-civil que cinq ans plus tard. Un flou qui alimente les suspicions. Face à cette polémique, le joueur, agacé, a balayé ces insinuations durant la compétition : "J'ai grandi au Portugal, j'ai passé dix ans au Benfica. Comment pourrais-je avoir 25 ans ? Il n'y a aucune logique dans les propos de certaines personnes."

2Il est le troisième Portugais le plus cher de l'histoire

En football, une star se mesure souvent à son prix. Renato Sanches en est une, son club du Benfica l'a vendu au Bayern Munich pour 35 millions d'euros. Mais attention ! Comme pour Anthony Martial, la transaction est accompagnée de bonus astronomiques : 45 millions d'euros suivant ses résultats. Un transfert à 80 millions d'euros donc, qui le place en troisième position des joueurs les plus chers du Portugal, derrière Luis Figo et Cristiano Ronaldo. Il faut dire que le joueur est conseillé par Jorge Mendes, l'agent le plus puissant du monde, lui aussi portugais. 

Trop cher ? Peut-être, mais avec l'Euro qu'il vient de réaliser, et son but égalisateur face à la Pologne, c'est peut-être finalement une bonne affaire pour le Bayern de l'avoir acheté avant que sa côte ne grimpe. 

3Il est devenu pro pour 750 euros et 25 ballons

En 2006, le jeune prodige est repéré par le Benfica alors qu'il joue pour le modeste club de son enfance à Musgueira, dans la banlieue de Lisbonne. Pour le faire signer, le club propose 750 euros... et 25 ballons. Les dirigeants n'en verront jamais la couleur, rapporte So Foot. Une bonne affaire en revanche pour le club de la capitale et un régal pour ses supporters qui ont pu savourer son premier but, le 4 décembre 2015, avec cette frappe monstrueuse des 30 mètres. 

4Il est très fort pour répondre aux attaques racistes

Le garçon a du caractère, voire parfois un peu trop. Réputé pour son agressivité sur le terrain, il a récolté deux cartons rouges en seulement une vingtaine de matchs lors de la saison 2014-2015. En revanche, il sait garder son sang-froid et son humour face aux attaques racistes dont il est victime au Portugal. Inspiré sur le terrain, il l'est aussi pour se moquer des suppor­ters adverses qui poussent des cris de singes pour l'in­sul­ter. Face à Rio Ave, en avril dernier, l'attaquant du Benfica leur a ainsi répondu en imitant le primate, tout sourire.

5Il pique déjà la vedette à Ronaldo

Si Ronaldo reste la méga star portugaise, le jeune prodige commence à se faire une place dans le cœur des fans. La preuve en avril dernier, lorsqu'à la 84e minute de Bulgarie-Portugal (1-0), un jeune supporter de 13 ans s'invite sur la pelouse pour réclamer, non pas le maillot de CR7 ou de Quaresma, mais de Sanches, tout juste rentré. Celui qui honorait sa toute première sélection avec l'équipe première tiendra parole après le match, rapporte France Football