Cet article date de plus de cinq ans.

Cryo, Lego, Euro : le journal de bord du pays de Galles, équipe surprise des demi-finales

C'est la sensation du tournoi. Les Gallois affrontent les Portugais en demi-finale, mercredi soir au stade des Lumières, à Lyon. Retour décalé sur un incroyable parcours, à travers le récit d'un joueur gallois fictif.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 12 min.
L'équipe du pays de Galles lors du huitième de finale contre l'Irlande du Nord, le 25 juin 2016 à Paris. (GRIGORIY SISOEV / SPUTNIK / AFP)

Nous avons imaginé le journal de bord d'un membre de l'équipe galloise de football. Attention, le narrateur est fictif, mais tous les éléments cités sont bien réels.

Cher journal,

Avec toute l'équipe du pays de Galles, nous allons en France pour disputer l'Euro. Notre délégation a réservé 65 chambres dans un chouette hôtel de Dinard, en Bretagne. Nous prenons l'avion le 4 juin. A priori, nous en avons pour trois ou quatre matchs, et ensuite, vacances ! Gwlad ! Gwlad !

8 juin. Coleman brocarde les Anglais (bravo, coach)

Le sélectionneur du pays de Galles, Chris Coleman, montre une fausse composition d'équipe à l'entraînement à Dinard (Ille-et-Vilaine), le 8 juin 2016. (REUTERS)

Et bim ! Le staff anglais a été surpris avec une liste de joueurs à la main, avant leur première rencontre de l'Euro. Une boulette sur la future composition ? Peu importe. Notre sélectionneur, Chris Coleman, a sauté sur l'occasion pour se moquer de notre rival britannique. Il est apparu sur le terrain d'entraînement avec une liste bien en évidence, où figuraient les noms de Pelé, Maradona et Beckenbauer. Au moins, on aura bien rigolé. Les Anglais, on doit les affronter en match de poule le 16 juin. On les nargue déjà pour bien faire monter la pression... 

9 juin. Sueurs froides : c'est la fin des haricots

Panique générale. Nous allons manquer de "baked beans", ces délicieux haricots blancs cuits dans de la tomate, si difficiles à trouver en France. L'hôtel a contacté un café local, qui a lui-même alerté une compagnie de transport, Condor Ferries. "Nous sommes ravis de les aider, réagit une responsable dans la presse galloise (en anglais). Il y en aura assez pour la phase de poules. Si besoin, nous en enverrons d'autres." A priori, la soixantaine de kilos devrait suffire.

10 juin. Bale brocarde les Anglais (bien joué, Gareth)

Aujourd'hui, nous avons (encore) provoqué nos rivaux. Au tour de notre star Gareth Bale, cette fois. "Nous avons beaucoup plus de passion et d'amour propre que l’Angleterre et nous allons le prouver (...). Je ne vais pas mentir, j'ai eu un petit rire" au moment du tirage au sort, qui a décidé de nous faire tomber dans la même poule que nos voisins. Mission accomplie : la presse anglaise est très agacée et le sélectionneur anglais Roy Hogdson finit par qualifier ces propos "d'irrespectueux". Trop facile.

Pendant la nuit, notre gardien Wayne Hennessey souffre d'un problème au dos. Incapable de jouer, il sera remplacé par Danny Ward.

11 juin. Du sang, de l'amour et une victoire

> Match de poules contre la Slovaquie : victoire 2-1 à Bordeaux

Avant la rencontre, un de nos supporters, Darren Crandon, a demandé en mariage (en anglais) sa compagne anglaise, dans la "fan zone" parisienne. Elle a dit oui. Un peu plus tard, pendant l'échauffement, à Bordeaux, Gareth Bale a fracturé le nez d'un supporter gallois en tirant dans la foule, avant de s'excuser. Pendant le match, l'un de nos fans s'est endormi à côté de notre star de rugby Shane Williams, hilare dans les gradins. Oui, c'est bizarre.

Alors que nous n'avions plus joué de compétition majeure depuis la Coupe du monde 1958, nous avons finalement réussi à battre la Slovaquie. Après la rencontre, la tour Eiffel s'est illuminée aux couleurs du pays de Galles. Commentaire d'un supporter anglais : "C'est démoralisant de voir ces couleurs ici." Au pays, les supporters et les médias sont comme des fous. Nous aussi !

15 juin. La classe galloise enfin reconnue

Début mai, Joe Ledley était forfait pour l'Euro, victime d'une fracture du péroné. C'est un petit miracle, mais notre emblématique barbu est bel et bien dans l'équipe. Aujourd'hui, le magazine Vogue (en anglais) l'a même classé dans les onze footballeurs les plus stylés du tournoi, en vantant ses "cardigans chics et ses nœuds papillons". Il s'incline toutefois devant notre attaquant Aaron Ramsey, premier du classement. Classy !

En France, l'actualité est très sombre. A l'hôtel, nous avons observé une minute de silence en mémoire des deux policiers tués à Magnanville.

16 juin. Défaite, malgré les efforts d'une ville

> Match de poules contre l'Angleterre : défaite 2-1 à Lens

Aujourd'hui, nous avons perdu sur le fil contre l'Angleterre, avec un but encaissé à la toute dernière minute. Pourtant, toute une nation nous encourageait. Au pays, la ville de Y Bala avait même changé de nom en Y Bale, afin d'encourager notre attaquant, l'espace d'une journée. "Gareth Bale est une star internationale et cette modification devrait permettre de situer Bale, pardon, Bala, sur la carte", a expliqué un conseiller local.

Par contre, deux supporters ont réservé par erreur (en anglais) un hôtel à Lens... en Suisse. Dommage pour eux !

17 juin. En fait, David Cotterill est un gamin

 Capture d'écran du compte Twitter de David Cotterill. (DAVID COTTERILL / TWITTER)

Pour se consoler après notre cruelle défaite, notre milieu de terrain David Cotterill s'est jeté sur une boîte de Lego, son péché mignon. "Gros délire dans la chambre ce soir" : il a choisi d'assembler une tour Eiffel. David a ensuite partagé la photo avec toute l'équipe, via l'application WhatsApp. En conférence de presse, Gareth Bale dit tout haut (en anglais) ce que nous pensons tout bas : "Mais qu'est-ce qu'il fait, là ?"

18 juin. Gareth était mouillé ; il a serré les dents

Gareth Bale a failli prendre sa douche avant de rentrer aux vestiaires.

19 juin. Gareth était gelé ; il a serré les dents

Au programme : séance de cryothérapie. Gareth Bale a plongé dans un bain à -161 °C à cause du docteur Ryland Morgans : il contrôle nos repas et nous impose des massages réguliers, des soins par l'eau et des programmes personnalisés de récupération. Pour se moquer de nous, les Suisses ont aussi posté une photo de leur gardien Yann Sommer dans un bain de glace, mais à -193 °C. Depuis, l'ambiance est glaciale entre eux et nous.

20 juin. L'Europe découvre un danseur de compét'

> Match de poules contre la Russie : victoire 3-0 à Toulouse

 (REMY GABALDA / AFP)
Ramsey, Taylor, Bale. 3-0, propre et sans bavure. Nous remportons notre dernier match et accédons aux huitièmes de finale.

A la fin du match, Joe Ledley se dirige vers les gradins, devant les supporters, et entame une danse langoureuse et sexy. Les Gallois la connaissent par cœur et ont même composé une chanson en son honneur, Ain't Nobody Like Joe Ledley, une reprise du tube des années 1980 de Rufus et Chaka Khan, Ain't Nobody. En voici une version soft.

21 juin. Gareth Bale fait le mur à Cardiff

Avec trois buts, Gareth Bale est le meilleur buteur à ce stade de la compétition. A Cardiff, l'artiste Bryce Davies passe quatre heures à réaliser son portrait sur un mur

Quand nous sommes rentrés à Dinard, le personnel de l'hôtel nous a réservé un accueil plutôt sympa. Ils ont l'air de bien nous aimer, mais ces Français sont quand même bruyants.

22 juin. Tout le monde reste assis pour Danny

On a voulu célébrer les 23 ans de Danny Ward, mais il n'avait pas l'air ravi. Du coup, personne n'a osé lui dire d'éviter les chaussettes avec des claquettes, à moins de préparer un choc contre l'Allemagne. Notre gardien a quand même posté une photo de remerciements. Choupi.

24 juin. Des questions gênantes sur le Brexit

Le sélectionneur Chris Coleman et le défenseur Ashley Williams, lors d'une conférence de presse au Parc des Princes, le 24 juin 2016 à Paris. (UEFA / AFP)

Aujourd'hui, nous avons été interrogés sur le Brexit. Le pays de Galles a plutôt soutenu la sortie de l'Union européenne (52,5%), sauf à Cardiff (60% pour rester dans l'UE). La question est sensible. "L'Euro, pas l'UE", a répondu notre sélectionneur, pressé par les journalistes. Nous ne savons pas vraiment qui a voté pour le Brexit ou pas, nous n'avons pas analysé." Notre capitaine Ashley Williams a souri quand on lui a fait la plaisanterie : "Rester dans l'Euro ou pas ?" Mais il n'a pas cédé. Evidemment, on souhaite continuer !

25 juin. Joe est très très bizarre quand il danse

> Huitième de finale contre l'Irlande du Nord : victoire 1-0 à Paris

Aujourd'hui, le match était difficile. Victoire 1-0, grâce à un but contre leur camp de nos adversaires. C'était un peu fou. La fille de Gareth Bale est rentrée sur la pelouse à la fin du match pour filer une baffe à la mascotte Super Victor, mais elle est rentrée la tête la première (en anglais) dans un officiel. Ensuite, dans les vestiaires, Joe Ledley a encore dansé. Espérons que le rédacteur en chef de Vogue ne tombe pas sur la vidéo...

26 juin. Le docteur a vraiment des idées étranges

Aujourd'hui, le docteur Ryland Morgans continue de nous chouchouter, avec des bottes de pressothérapie. Les lendemains de match, elles permettent de mieux récupérer avec des pressions du pied jusqu'aux cuisses pour faire remonter le sang des jambes. Nous attendons toujours de connaître notre adversaire en quarts : Hongrie ou Belgique ?

27 juin. Joie, les Anglais sont éliminés

Ce soir, nous avons regardé la défaite de l'Angleterre face à l'Islande, sur un écran géant. Nous avons sauté de joie, comme si nous avions gagné. Le pied !

28 juin. Le milkshake goût cookie, c'est la vie

Nous avons pris l'air à Dinard, sur la promenade des Alliés. Au Davie's Café, Gareth Bale a choisi un milkshake à la vanille, mais la serveuse lui a conseillé la saveur aux cookies. Il a trouvé ça très bon et un journaliste l'a aussitôt imité. La preuve, c'est écrit dans un journal français, 20 Minutes. Nous espérons que le docteur Ryland Morgans n'a rien vu. Avec lui, c'est plutôt bains glacés que crèmes glacées.

30 juin. Neil Taylor manque le concert de Beyoncé

Quelques semaines avant l'Euro, Neil Taylor et sa femme avaient pris des billets pour le concert de Beyoncé à Cardiff. Mais après avoir commandé les places, ce gros malin s'est vite rendu compte que le spectacle était prévu ce soir, pendant l'Euro. "Je n'avais pas regardé la date, a raconté notre défenseur, au Daily Mirror (en anglais). Ensuite, avec mon épouse, on s'est dit que ça pourrait poser un problème". Visiblement, Neil n'avait pas prévu notre beau parcours. Bel esprit, bravo.

1er juillet. Mon dieu, Joe Ledley a remis ça

> Quart de finale contre la Belgique : 3-1 à Lille

Nous nous sommes qualifiés pour les quarts de finale, une première dans notre histoire. Du coup, Joe Ledley a encore pété les plombs dans les vestiaires. Cette fois, il a voulu passer la serpillière avec son corps. En attendant, un supporter s'était fait tatouer sa barbe et les enfants reprennent sa danse à l'école. Tremble, Shakira !

Cerise sur le gâteau, le Premier ministre britannique David Cameron nous a félicités dans un tweet, lui qui supporte l'Angleterre depuis toujours.

2 juillet. C'est sûr, nous sommes devenus "hype"

Aujourd'hui, le regard des gens a changé : la hype est en nous. Sur Facebook, une vidéo chante même les louanges de Hal Robson-Kanu, avec le chanteur gallois Tom Jones en personnage principal. Et dire que notre attaquant est au chômage depuis le 30 juin, car le club de Reading n'a pas reconduit son contrat. Croisons les doigts, son but contre la Belgique devrait l'aider à trouver un nouveau club.

Ah, au fait. Les gens de l'hôtel nous aiment toujours autant.

3 juillet. Coleman ferme la porte à l'Angleterre

Déjà taquin avec les Anglais au début de la compétition, notre sélectionneur en a remis une couche aujourd'hui. Non, il n'entraînera jamais l'Angleterre, pourtant à la recherche d'un nouveau coach, après la démission de Roy Hodgson à la suite de la défaite anglaise face à l'Islande. "Je ne pense pas qu’on me le proposera, mais pour être honnête, je ne me pencherai jamais sur une telle offre, a-t-il expliqué. Je suis gallois et je ne dirigerai jamais aucune autre sélection que celle de mon pays." C'est bon, coach, ils ont compris.

4 juillet. Joe Ledley reporte son mariage

Joe Ledley avait prévu de se marier, samedi à Ibiza. Mais même en cas d'élimination en demi-finale, les Gallois ne rentreraient que la veille. Un peu juste. La presse britannique officialise donc la nouvelle : le joueur le plus fantasque de l'Euro doit reporter ses noces. Encore un qui n'avait pas prévu cet incroyable parcours.

6 juillet. On a rendez-vous avec l'histoire !

Ce soir, on joue contre le Portugal en demi-finale de l'Euro. Et je donnerais tout pour voir Joe Ledley danser encore... Tant pis pour ses noces, son cadeau de mariage, il peut l'avoir maintenant !

(à suivre)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.