Cet article date de plus de cinq ans.

Aimé Jacquet sur l'Euro de la France : "Il y a deux joueurs qui me fascinent, c'est Anthony Martial et Kingsley Coman"

L'entraîneur des champions du monde de 1998 trouve que l'Angleterre "a eu le résultat qu'elle mérite", et croit que la France a sa chance contre l'Allemagne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien sélectionneur français Aimé Jacquet donne le coup d'envoi fictif du match amical France-Ecosse, le 4 juin 2016 à Metz. (FRANCK FIFE / AFP)

Alors que la France s'apprête à affronter l'Allemagne en demi-finale de l'Euro 2016, un vieux sage regarde les Bleus avec optimisme : Aimé Jacquet. Le vainqueur du Mondial 1998 à domicile a livré ses impressions sur ce championnat d'Europe au site de la Fifa, mercredi 6 juillet. Il voit en l'Allemagne un adversaire "redoutable mais pas imbattable", et, chez les Bleus, ce n'est pas Antoine Griezmann qui le fascine, mais Anthony Martial et Kingsley Coman.

"Ils ont un registre technique et athlétique exceptionnel", estime celui qui a lancé, entre autres, Henry et Trezeguet en équipe de France. Coman et Martial "dégagent une puissance incroyable et ont une grande intelligence tactique. Cette équipe de France est pleine de possibilités". Aimé Jacquet y voit une raison d'espérer contre l'Allemagne : "Ils sont à la fin d'une génération et j'espère bien que là, avec notre notre nouvelle génération, on va passer ce cap".

"L'Angleterre a eu le résultat qu'elle mérite"

L'ancien sélectionneur, qui sait comment on gère un grand tournoi à domicile, rappelle que ce n'est pas forcément un avantage : "C'est très dur de maintenir de la cohésion. Pour moi, ç'a été très difficile ! Il faut éviter la dispersion, il y a les familles, les amis… oh là là. Il faut beaucoup de vigilance". Malgré tout, il voyait la France arriver "en finale contre l'Espagne", même s'il a "tout de même eu un peu peur avec toutes ces blessures au départ".

Aimé Jacquet se réjouit de la défaite de l'Angleterre, "qui a eu le résultat qu'elle mérite", car elle importe trop de stars étrangères dans son championnat à ses yeux. "J'ai aimé voir la combativité de toutes ces petites équipes", comme "l'Eire, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord, la Belgique, la Suisse", poursuit-il, "parce qu'on a souvent tendance à dire que le football, c'est l'argent".

Avant l'Euro, Aimé Jacquet avait rendu visite aux Bleus et donné le coup d'envoi de leur match amical de préparation contre l'Ecosse. Il raconte échanger "de temps en temps" avec Didier Deschamps, mais le laisser "dans sa bulle" depuis le début du tournoi, et loue "la maîtrise du sélectionneur" dans cet Euro.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.