Cet article date de plus d'un an.

Mort de Just Fontaine : 13 choses que vous ne savez sans doute pas sur une légende du football français

Connu dans le monde entier pour son record de buts sur un seul Mondial, l’attaquant tricolore est mort, mardi, à 89 ans.
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min
Just Fontaine, recordman de buts sur une édition de Coupe du monde, au stade Vélodrome de Marseille, le 19 octobre 2014. (BORIS HORVAT / AFP)

Just Fontaine n’est plus, mais son nom restera associé à un immense record : celui de ses 13 buts inscrits lors d’une seule et même Coupe du monde, en 1958, en seulement six matchs. Seuls Gerd Müller (10 buts en 1970) et Sandor Kocsis (11 buts en 1954) s'en sont approchés.

Souvent ramené à cette performance historique, qui lui vaut d’être connu dans le monde entier encore aujourd’hui, l’ancien buteur des Bleus et du Stade de Reims, dont le décès a été annoncé par sa famille, mercredi 1er mars, a pourtant eu une vie qui allait bien au-delà de ce record. Elle est résumée ici en treize anecdotes.

1 En 1958, il ne jouait pas avec ses chaussures…

Pour réussir dans la vie, il vaut toujours mieux "être bien dans ses baskets". Un dicton éculé dont Just Fontaine n’avait que faire. Lors du Mondial 1958, le buteur des Bleus ne portait même pas ses propres crampons aux pieds. Et pour cause, à une époque où l’équipement était tout autre, ses souliers ont rendu l’âme la veille du premier match, en Suède. "Justo" a alors emprunté les crampons de Stéphane Bruey, remplaçant, avant de lui rendre à la fin du Mondial. 

2 … et ne devait même pas jouer à l'origine

Dans ce football d’un autre temps, les remplacements en cours de match n’existaient pas. Or, Just Fontaine était parti pour être remplaçant au Mondial 1958, derrière René Bliard, comme il le racontait à France Culture en mai 2009 : "Si René Bliard n'avait pas été blessé, peut-être que je n'aurais pas joué la Coupe du monde. J'ai voulu rendre service et ça a eu un effet boomerang. J'ai la baraka comme dirait Aznavour !", se souvenait-il dans un podcast.

L'attaquant français Just Fontaine (à gauche) évite le tacle de l'Allemand Alfred Kelbassa (à droite) lors du match pour la troisième place de la Coupe du monde, le 28 juin 1958. (AFP)

3Premier Bleu expulsé d’un match

Un attaquant expulsé, cela reste rare. Mais à une époque où les cartons rouges n’existaient même pas, c’est encore plus fort. C’est l’exploit réalisé par Just Fontaine le 11 octobre 1959, à Sofia, lors d’un Bulgarie-France. Pour leur premier match depuis le Mondial 1958, les Bleus reçoivent un accueil plus que rugueux sur la pelouse. Dans une fin de match houleuse, Just Fontaine mime le signe de la folie envers l’arbitre assistant après un hors-jeu. L’arbitre central prend l’insulte pour lui et l’expulse sans carton rouge... puisqu'ils ne seront mis en place qu'après la Coupe du monde 1966. Just Fontaine devient alors le premier Français expulsé d’une rencontre.

4 Le plus éphémère des sélectionneurs des Bleus

Deux matchs et puis s’en va, c’est le bilan de Just Fontaine sur le banc des Bleus. Sorti major de sa promo d’entraîneur en 1962, le goleador prend les commandes de l’équipe de France en 1967. Après deux défaites pour ses deux premières rencontres officielles (1-2 face à la Roumanie et 2-4 face à l'URSS), il est démis de ses fonctions et reste à ce jour le sélectionneur le plus éphémère du football français. 

5 Une carrière commencée au Maroc

Just Fontaine a connu ses heures de gloire au Stade de Reims (1956-1962), après avoir brillé à Nice (1953-1956), mais sa carrière a véritablement débuté au Maroc. Et pour cause : il est né le 18 août 1933 à Marrakech, alors sous protectorat français. C’est donc au SA Marrakech, puis à l’US Marocaine, basée à Casablanca, qu’il a disputé ses premières rencontres de 1950 à 1953, glanant au passage un championnat (1952) et une Coupe (1953) d’Afrique du Nord. 

Just Fontaine, décès d'une légende du football français

6 L'unique entraîneur à avoir fait monter le PSG en D1

Là encore, c’est un record qui n’est pas près de bouger. Durant sa courte carrière d’entraîneur, Just Fontaine a écrit une ligne du palmarès du PSG que personne n’a reproduite depuis : faire monter le club en première division. Et ce, dès sa première saison sur le banc en 1973-1974, avant de diriger les deux premiers exercices du PSG en D1 jusque 1976 et de se faire écarter pour… une partie de cartes avec les joueurs.

7 Il a fondé le syndicat UNFP

Victime de blessures à répétition, le buteur était donc bien placé pour savoir qu’il fallait créer un organisme pour protéger les joueurs, un projet lancé lors de sa dernière saison de professionnel, en 1961, avec Eugène N'Jo Léa et maître Jacques Bertrand. C’est ainsi que naquit l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), toujours principal syndicat des joueurs de football professionnel en France aujourd’hui.

Just Fontaine, entouré du Brésilien Ronaldo et de Michel Platini, lors du Congrès FIFA 2014 à Rio de Janeiro. (AFP)

8 Retraité avant ses 30 ans

Le 20 octobre 1960, alors joueur de Reims, Just Fontaine subit un brutal coup d'arrêt dans sa carrière, victime d'une double fracture à la jambe gauche face à Sochaux en championnat. A peine remis sur pied, le bombardier rémois rechute moins de trois mois plus tard avec une nouvelle fracture, et ne sera plus jamais le même joueur. Il prend finalement sa retraite à la fin de la saison 1961-1962, à 28 ans. Just Fontaine conclut sa carrière en club avec 164 buts en 200 matchs en championnat, et deux titres de meilleur buteur (1958 et 1960).

9 Une reconversion dans le textile

Doué avec ses pieds, Just Fontaine en avait mis un dans le textile. Dès sa retraite, il s’est ainsi engagé chez Adidas, comme représentant, avant d’ouvrir deux magasins de sport à son nom à Toulouse. L’ancien joueur possédait également deux boutiques Lacoste dans sa région.

10 Capitaine de l’armée (sur le terrain)

On ne parle pas ici de grade militaire, mais bien de capitanat classique au football. Lors de son service militaire entre 1953 et 1956, Just Fontaine a en effet été capitaine de l’équipe de France militaire de football. Il a même participé à la qualification des siens pour la Coupe du monde de 1957, qu’il n’a pas disputé pour cause de démobilisation. 

11 Une passion pour l'ovalie et le basket

Après avoir longtemps joué au basketball dans sa jeunesse, Just Fontaine a failli prendre un autre chemin que celui de footballeur lors de son passage à l’armée. En effet, au bataillon de Joinville, il se prend d'affection pour le rugby à XIII. Déjà lancé dans le football professionnel et joueur de Nice, il conservera ces deux disciplines comme des passions. 

Just Fontaine en compagnie de Pelé lors du Trophy Tour de la Coupe du monde 2014, le 10 mars de la même année. (AFP)

12Il détient le record de buts en sélection sur une année

Kylian Mbappé a encore du pain sur la planche avec les Bleus. En effet, pour effacer des tablettes le record de buts en sélection sur une année civile, le Parisien, auteur de 12 buts en 2022, va devoir passer la seconde pour faire mieux que les 18 buts de Just Fontaine en 1958, record en la matière. Seul Lionel Messi a fait aussi bien que lui depuis, en 2022, avec l’Argentine. Record que Just Fontaine partage aussi sur une saison sportive (15 buts) avec le Brésilien Ronaldo.

13 Le meilleur ratio de buts en Bleu

Avec 30 buts inscrits en 21 sélections, Just Fontaine affiche un ratio de 1,42 but par match en équipe de France, bien loin devant Kylian Mbappé (0,55), Olivier Giroud (0,44) et Thierry Henry (0,41). Il n'est toutefois que le neuvième meilleur buteur de l'histoire des Bleus, à égalité avec Jean-Pierre Papin et derrière Olivier Giroud (53), Thierry Henry (51), Antoine Griezmann (42), Michel Platini (41), Karim Benzema (37), Kylian Mbappé (36), David Trezeguet (34) et Zinédine Zidane (31).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.