France-Autriche : les Bleus renouent enfin avec le succès à deux mois de la Coupe du monde

L’équipe de France a mis fin à une série de quatre matchs sans victoire en battant l’Autriche (2-0), jeudi, lors de la 5e journée de la Ligue des nations.

Article rédigé par
Au stade de France - Denis Menetrier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Olivier Giroud et Kylian Mbappé lors du match de Ligue des nations entre la France et l'Autriche au stade de France, le 22 septembre (FRANCK FIFE / AFP)

Les Bleus reprennent des couleurs. On les avait quittés le 13 juin dernier, au Stade de France, battus par la Croatie (0-1), leur quatrième match d'affilée sans victoire. Têtes basses, les cannes usées après une longue saison, les Bleus débutaient l'été de la pire des manières. Mais ils l'ont bien mieux fini, avec une victoire contre l'Autriche ce jeudi 22 septembre (2-0), en Ligue des nations, au Stade de France.

Dans son antre dionysienne, l'équipe de France a retrouvé le sourire face à l’Autriche (2-0) grâce à des buts de Kylian Mbappé (56e) et d’Olivier Giroud (65e). À deux mois jour pour jour de leur entrée en lice dans la Coupe du monde contre l’Australie, des Bleus séduisants ont surtout retrouvé de la consistance, du mouvement, des occasions, même si une meilleure efficacité leur aurait permis d'obtenir un score plus large.

Il faut dire que le contexte actuel autour des Bleus – polémiques à la FFF, affaire Pogba, droits d'image - n’est pas à la fête. Cette victoire a certainement apaisé un Didier Deschamps qui a passé l’intégralité de son match assis sur son banc de touche à observer ses joueurs. De cette soirée, le sélectionneur de l’équipe de France retiendra évidemment la victoire, mais aussi les deux sorties en cours de match de Jules Koundé (alerte à l’ischio-jambier gauche) et de Mike Maignan (douleur au mollet gauche), qui viennent s’ajouter à la longue liste de blessures côté tricolore.

Giroud à deux buts du record d'Henry

En l’absence de plusieurs cadres, de nouveaux joueurs ont fait leur apparition et convaincu, à l’image des premières en Bleus des Monégasques Youssouf Fofana et Benoît Badiashile. D’autres ont fait leur retour, comme Olivier Giroud, absent du rassemblement de juin. Présent en mars, l’attaquant avait déjà marqué deux fois en deux matchs, contre la Côte d’Ivoire (2-1) et l’Afrique du Sud (5-0). Face à l’Autriche, il a délivré une passe décisive à Mbappé après avoir récupéré un ballon au milieu de terrain (56e), avant de reprendre de la tête un centre parfait d’Antoine Griezmann (65).

Désormais à deux unités du record de 51 buts en sélection de Thierry Henry, Giroud a marqué des points en vue de la liste pour le Mondial. Grâce à sa réalisation, d’abord, mais aussi par son jeu dos au but, toujours aussi précieux. Griezmann aurait pu en profiter en première période (27e), les Bleus réveillant alors les 70 188 spectateurs du Stade de France loin d’être convaincus par la prestation des Tricolores, qui rappelait en de nombreux points les matchs du mois de juin.

Mbappé, également, aurait pu convertir un caviar de Giroud une minute plus tôt mais, en bout de course, le Parisien n’a pas pu ajuster Patrick Pentz (26e). Avant son but, l’attaquant du Paris Saint-Germain a souvent été brouillon mais, comme toujours, c'est de lui qu'est venu le danger. Une de ses frappes enroulées n’a pas trouvé le cadre (27e), alors qu’il avait marqué après deux minutes de jeu dans la même position (2e). Un but finalement refusé pour une position de hors jeu.

Un dernier match contre le Danemark

Dans leur nouvelle tunique, celle qu’ils porteront pendant le Mondial, les Bleus ont surtout rassuré sur leur capacité à se créer des occasions après avoir souvent ronronné lors des matchs de juin. Aurélien Tchouameni est passé tout près de marquer sur un geste acrobatique, mais Pentz, déjà impérial contre les Bleus à Vienne, a sorti la parade parfaite (35e). Clauss, lui, a fait preuve de maladresse devant les buts (51e), comme Mbappé (67e, 90+1e).

Mais le Stade de France a une nouvelle fois assisté à quelques séquences d’impuissance des joueurs français, et ces derniers se sont aussi faits une frayeur défensive en début de deuxième période sur une action de Schlager (49e). Même si Mike Maignan et Alphonse Aréola n’ont pas eu à effectuer le moindre arrêt, le système à trois défenseurs, de retour jeudi soir, reste à perfectionner. Une gageure alors qu’il ne reste plus qu’un match à jouer pour les Bleus avant le début de la Coupe du monde.

Cette rencontre, l’équipe de France la jouera à Copenhague, dimanche, contre le Danemark. Elle sera décisive à deux titres, avec deux objectifs bien précis : réussir à se maintenir en première division de la Ligue des nations, compétition que les Bleus ont remportée il y a moins d’un an, et prendre sa revanche contre le Danemark, après la défaite de juin (1-2). Tout en mettant la pression sur les Danois, futurs adversaires des Bleus au Mondial. Une question de confiance. Après l’avoir en partie retrouvée jeudi soir contre l’Autriche, il serait dommage de terminer ce rassemblement par une défaite, avant le grand défi des Bleus de fin d’année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.