Euro espoirs : les Bleuets se relancent en dominant la Russie

Trois jours après sa défaite d'entrée dans ces phases de poule de l'Euro espoirs 2021 contre le Danemark (1-0), les Bleuets ont rectifié la mire dimanche 28 mars contre la Russie (2-0). Sans être brillante, l'équipe de France a bénéficié de deux penalties transformés par Odsonne Edouard (15e) et Jonathan Ikoné (24e). Elle est désormais deuxième de son groupe.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Jonathan Ikoné après son but contre la Russie pour la deuxième journée de l'Euro espoirs. (VLADIMIR PESNYA / SPUTNIK)

Quelques heures après la deuxième victoire en autant de matches du Danemark (2-0 contre l'Islande), l'équipe de France abordait sous pression cette deuxième journée de l'Euro espoirs contre la Russie. La victoire était quasiment impérative sous peine de ne plus avoir son destin en mains en cas de match nul. La défaite, elle, était interdite ce dimanche 28 mars sur la pelouse de Szombathely (Hongrie) car synonyme d'élimination précoce. Il n'en a rien été et les Bleuets, sans être brillants, se sont relancés en dominant les Russes (2-0) grâce à deux penalties, après leur défaite inaugurale.

La France n'a pas eu énormément d'occasions mais elle au moins eu le mérite d'être réaliste, opportuniste. Elle a ouvert le score sur un penalty provoqué et transformé (15e) par Odsonne Edouard pour son 16e but en seulement 11 sélections en espoirs. Moins de dix minutes plus tard, l'attaquant du Celtic Glasgow laissait intelligemment filer jusqu'à Amine Gouiri un centre de Jonathan Ikoné venu de la droite. Le Niçois voyait sa frappe contrée par la main du malheureux Pavel Maslov, déjà fautif sur le premier penalty. Jonathan Ikoné doublait ainsi la mise sur une habile panenka (24e).

Un milieu intégralement recomposé

Sans être flamboyants, donc, les Français ont tout de même montré un visage bien différent de celui aperçu ici-même jeudi 25 mars contre le Danemark. Avec cinq changements dans la composition de départ, Sylvain Ripoll avait envoyé un message fort à son groupe avant même le coup d'envoi. Il a par exemple modifié intégralement son milieu de terrain. Exit Boubacar Kamara, Matteo Guendouzi et Eduardo Camavinga au profit d'Aurélien Tchouaméni, Boubakary Soumaré et Jonathan Ikoné, particulièrement à l'aise dans ce rôle de numéro dix. C'est surtout dans l'état d'esprit et l'agressivité, notamment sans ballon, que les Bleuets ont rassuré sur leurs ambitions dans cet Euro espoirs dont ils figurent parmi les favoris.

Mais il ne faut pourtant pas oublier que la rencontre aurait pu prendre une toute autre tournure dès les premières minutes, alors que le score était encore vierge. Alban Lafont, impliqué sur le but encaissé contre le Danemark, s'est interposé en face-à-face devant Arsen Zakharian (4e) à la suite d'une perte de balle de Boubakary Soumaré et d'une glissade de Jules Koundé. Ce même Arsen Zakharian alertait de nouveau le portier nantais d'une puissante frappe flottante des 30 mètres (36e), sans conséquence.

Des promesses encore en attente

Preuve d'une équipe pas encore totalement sereine, les Bleuets ont quelque peu subi, par moment, les assauts russes en seconde période à l'image de la frappe à côté de Fedor Chalov (76e). Amine Gouiri d'une frappe en pivot (57e) ou Odsonne Edouard en puissance (71e) manquaient pour leur part le break définitif.

A défaut d'impressionner, l'équipe de France a toutefois rassuré après sa défaite en ouverture. Il faudra désormais concrétiser contre l'Islande, mercredi 31 mars, pour obtenir la qualification et ainsi se donner rendez-vous pour les phases finales, organisées du 31 mai au 6 juin 2021. Les promesses de ce groupe à haut potentiel se font encore attendre mais les trois points sont au moins empochés ce dimanche soir afin de prendre la deuxième place du groupe C. C'est a minima l'essentiel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.