Ligue des nations : le duo Tchouaméni-Pogba en vue, Hernandez sans complexe... Les notes des Bleus

De Hugo Lloris à Theo Hernandez, retour sur les prestations des Français lors de leur victoire face à l'Espagne, en finale de la Ligue des nations dimanche soir (2-1).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Paul Pogba et Jules Koundé se félicitent lors de la finale de la Ligue des nations face à l'Espagne, dimanche 10 octobre 2021. (ISABELLA BONOTTO / ANADOLU AGENCY)

Un nouveau trophée pour l'équipe de France et un nouveau match à rebondissements. Trois jours après avoir renversé la Belgique (3-2), les Bleus ont récidivé contre l'Espagne dimanche 10 octobre en finale de la Ligue des nations (2-1). Guidés par Karim Benzema et Kylian Mbappé, encore buteurs, ils ont fait preuve de caractère pour décrocher le deuxième trophée international de l'ère Didier Deschamps.

Hugo Lloris : 6,5/10

Il aura fallu attendre la toute fin du match pour le voir entrer en scène. Le capitaine a parfaitement joué son rôle de dernier rempart en repoussant les frappes dangereuses de Mikel Oyarzabal (88e) et de Pablo Fornals (90e+4), assurant le trophée aux Bleus. De quoi faire oublier sa première période compliquée. À la pause, il était le cinquième Français le plus sollicité à la pause (23 ballons) et le premier au classement des ballons perdus (9). Son incapacité à participer à la construction balle au pied a permis à l'Espagne d'appuyer son entreprise de confiscation du cuir. Il ne peut rien sur le but d'Oyarzabal (64e).

Benjamin Pavard : 4,5/10

Les rencontres se succèdent et ne rassurent pas. Signe d'une nouvelle soirée compliquée pour le Bavarois, les invectives de Paul Pogba à son égard à la 49e minute. Son manque de sérénité et ses étranges choix de relance ont donné quelques sueurs froides. Remplacé par Léo Dubois à la 80e minute, qui nous aura gratifié d'un petit pont malicieux sur Mikel Merino avant d'obtenir la faute et l'avertissement d'Aymeric Laporte (87e).

Benjamin Pavard au duel face à l'Espagnol Marcos Alonso en finale de la Ligue des nations, le 10 octobre 2021 au stade San Siro à Milan. (ISABELLA BONOTTO / ANADOLU AGENCY / AFP)

Jules Koundé : 5,5/10

Toujours pas de rencontre référence pour le défenseur sévillan, mais encore des progrès. S'il a beaucoup travaillé défensivement avec 5 interceptions (record du match), Jules Koundé a marché sur le fil du rasoir à trois reprises. D'abord, en déviant un centre de la main dans sa propre surface à la 30e minute (sans être sanctionné) puis en offrant une occasion de centre dangereux à Oyarzabal (53e) et enfin en intervenant sur la cheville de Sergio Busquets deux minutes plus tard (55e), ce qui lui a valu un carton jaune. Mais c'est lui qui trouve la passe verticale à l'origine du but de Benzema.

Raphaël Varane : non noté

Installé dans le coeur de la défense à trois des Bleus, le capitaine s'est montré propre dans ses interventions et parfois même capable d'accompagner le pressing du bloc français. Mais sa présence sur le pré n'aura duré que 42 minutes, écourtée par une blessure à la cuisse droite. Remplacé par Dayot Upamecano (4/10) juste avant la pause. Le défenseur du Bayern Munich est clairement fautif sur l'ouverture du score espagnole, incapable d'intervenir face à un Mikel Oyarzabal en train de tituber. Et sa relance manquée est à l'origine de la reprise dangereuse du même Oyarzabal en fin de match (88e).

Presnel Kimpembe : 5,5/10

Toujours aussi généreux dans les duels, le Parisien s'est montré conquérant dans les un-contre-un et solide dans ses interventions sur coup de pied arrêté en phase défensive. Encore quelques sautes de concentration, comme lorsqu'il pense pouvoir passer devant son vis-à-vis, garder le ballon en tacle glissé mais que le ballon lui roule sous le genou (22e).

Theo Hernandez : 6,5/10

Certains sont impressionnés quand ils font leurs premiers pas, mais ça n'est définitivement pas son cas. Après son but libérateur contre la Belgique, le Milanais a encore été décisif avec une passe décisive millimétrée pour Kylian Mbappé sur le but du 2-1 (80e). Quinze minutes plus tôt, il lançait les hostilités en fracassant la barre transversale dans l'angle fermé (64e). Son impact offensif sur le côté gauche dans ce rôle de piston lui permet de marquer des points. Un peu trop généreux dans ses distances d'intervention face à Ferran Torres en première période.

Theo Hernandez face au milieu espagnol Gavi en finale de la Ligue des nations, le 10 octobre 2021 au stade San Siro à Milan. (FRANCK FIFE / AFP)

Aurélien Tchouaméni : 7,5/10

Quatre matchs avec les Bleus et il donne l'impression d'en avoir joué dix fois plus. Titularisé pour compenser l'absence d'Adrien Rabiot, positif au Covid-19, dans un milieu de terrain à seulement deux unités et donc en infériorité numérique, le Monégasque a livré une prestation très solide. Solide dans ses interventions défensives, comme sur Gavi dans la surface de réparation (56e), propre dans ses transmissions, il a fait preuve d'une grande sérénité face au pressing, quitte à tenter des contrôles en porte-manteau devant sa surface. 

Paul Pogba : 7/10

Le patron des Bleus, c'est lui, ça fait des mois qu'on le dit. Éloigné le spectre des blessures, "La Pioche" règne en maître au milieu de terrain. Dans un match où les Bleus n'ont pas eu beaucoup le ballon, sa sérénité balle au pied a permis des respirations salvatrices (6 dribbles réussis, un de plus que tous ses coéquipiers réunis). Il est au coeur des deux transitions françaises qui ont abouti à la barre transversale de Hernandez et au but de Benzema en l'espace de deux minutes.

Antoine Griezmann : 4/10

Pour sa 100e sous les couleurs de l'équipe de France, il n'a pas enfilé l'habit de lumière. Joueur de champ le moins trouvé parmi les titulaires (37 ballons), Griezmann n'a pas donné l'impression d'endosser réellement son rôle de meneur de jeu. Sur un coup franc très bien placé devant la surface adverse, Paul Pogba lui a offert de quoi se rassurer et a envoyé le ballon directement en tribunes (87e).

Kylian Mbappé : 6/10

Moins de créativité et de tranchant que contre la Belgique, mais un but dans le jeu pour le Parisien. À la limite du hors-jeu (et même hors-jeu selon les défenseurs de la Roja), il s'est joué d'Unai Simon sans contrôler le ballon, avec des passements de jambe et une finition parfaite du pied gauche. Forcément ça compte, encore plus quand il s'agit du but qui offre un nouveau trophée à l'équipe de France.

Karim Benzema : 7,5/10

Une inspiration divine. Après la Belgique, c'est encore lui qui a sonné le réveil des Bleus. Trouvé excentré sur le côté gauche, l'attaquant du Real Madrid a illuminé la soirée d'une frappe enroulée du droit tellement bien touchée que l'envol d'Unai Simon n'a pas suffi pour déloger le ballon de la lucarne (66e). Sans avoir besoin d'être partout, "KB9" a encore fait parler sa vision du jeu. Sa passe superbe pour un Mbappé seul au second poteau en fin de match aurait mérité meilleur sort qu'une frappe sur Simon.

Didier Deschamps : 6/10

Contre la Belgique, il se félicitait de l'orgueil et du caractère de ses joueurs. Dans l'intimité du vestiaire, seuls quelques élus savent comment les choses se passent. Mais une chose est sûre, Didier Deschamps a su tirer de ses hommes une force de réaction dévastatrice. Si ses plans ont encore été contrariés par une équipe à l'identité de jeu plus marquée que la sienne, la victoire est au bout. Les titularisations de Tchouaméni et Kimpembe ont été une réussite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.