Cet article date de plus d'un an.

Eliminatoires de l'Euro 2024 : une première idéale pour capitaine Mbappé face aux Pays-Bas

Tout juste propulsé capitaine de l'équipe de France, Kylian Mbappé a été le principal artisan de la soirée quasi-parfaite face aux Pays-Bas, vendredi (4-0).
Article rédigé par Andréa La Perna - Au stade de France
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Kylian Mbappé célèbre son premier but face aux Pays-Bas en éliminatoires de l'Euro 2024, le 24 mars 2023. (FRANCK FIFE / AFP)

Deux buts et une passe décisive au terme d'une victoire facile sans bémol à domicile. Kylian Mbappé ne pouvait pas rêver meilleur début de règne. Pour sa première avec le brassard de capitaine en équipe de France, que son prédécesseur Hugo Lloris a porté pendant onze ans, il a largement participé à la correction infligée aux Pays-Bas en ouverture des éliminatoires de l'Euro 2024 (4-0), vendredi 24 mars.

Alors qu'il aurait pu se contenter d'avoir tué le match en début de première période, l'attaquant du Paris Saint-Germain a tenu à ajouter une dernière note. Ses deux feintes de frappe dévastatrices, qui ont mis aux abois toute la défense adverse, ont rappelé à quel point la pression n'avait pas de prise sur lui. Vendredi, comme tous les autres soirs de match, son nom a été crié plus fort que celui de tous les autres. Téléphones, regards et caméras étaient braqués sur lui dès son entrée à l'échauffement. Sans vraiment bouleverser sa routine, Kylian Mbappé a envoyé quelques signes, subtils, pour montrer son changement de statut.

"J'essaie d'emmener l'équipe avec moi"

Il a par exemple pris la tête d'une file à l'échauffement, là où il avait l'habitude de traîner au fond de la classe, et on l'a vu choisir Antoine Griezmann comme partenaire d'échauffement. Une opération de communication de plus, après la conférence de presse de la veille, pour éteindre pour de bon les braises d'une potentielle polémique, quelques jours après la révélation de la déception de "Grizou", devant se contenter du statut de vice-capitaine.

S'il y avait encore un doute au moment du coup d'envoi, ces derniers se sont envolés après seulement une minute et 55 secondes de jeu, lorsque Kylian Mbappé a offert l'ouverture du score à Griezmann, justement. Les deux hommes se sont pris dans les bras, sans la moindre retenue, ce qui n'a pas du tout étonné Didier Deschamps en conférence de presse d'après-match : "Entre ce qui se dit et la réalité... Ce sont deux joueurs qui s'entendent très bien et qui fonctionnent très bien ensemble. La déception d'Antoine a duré deux minutes. Il n'y a pas le moindre souci avec Kylian, ou avec l'ensemble du groupe".

Face aux Pays-Bas, il n'y a pas eu le moindre bémol dans la prestation du néo-capitaine, ni dans son apport sur le pré, ni dans son attitude au milieu de ses coéquipiers. Il a évité l'écueil de vouloir absolument faire la différence tout seul, qui lui a valu quelques critiques après la phase de groupes lors du Mondial. Plus impliqué que d'habitude sur les phases défensives, Mbappé a aussi montré un visage conciliant, comme lorsqu'il a encouragé Khephren Thuram après que ce dernier a choisi le tir plutôt que la passe en toute fin de rencontre (90e+2).

"Je continue à faire mon travail, aider l'équipe et être décisif en faisant des différences. Mais maintenant j'essaie d'emmener l'équipe avec moi. Ça a fonctionné aujourd'hui mais ce n'est qu'un début. Il ne faut pas s'enflammer, le plus dur reste à faire", a réagi l'intéressé au micro de TF1 après la rencontre qui l'a vu dépasser Karim Benzema pour devenir le cinquième meilleur buteur de l'histoire des Bleus (38 réalisations) à seulement 24 ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.