"Racisme ordinaire" ou "maladresse" ? Les propos de Willy Sagnol font polémique

L'entraîneur des Girondins de Bordeaux a déclaré que les Africains étaient "puissants" et "pas chers", mais que le football, "c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline".

L\'entraîneur Willy Sagnol, lors du match de Ligue 1 Montpellier-Bordeaux, à Montpellier le 9 août 2014. 
L'entraîneur Willy Sagnol, lors du match de Ligue 1 Montpellier-Bordeaux, à Montpellier le 9 août 2014.  (PASCAL GUYOT / AFP)

Willy Sagnol veut moins d'Africains dans son effectif. C'est en tout cas ce que l'entraîneur des Girondins de Bordeaux a déclaré, lundi 3 novembre, dans le journal Sud Ouest. Le coach se justifie d'abord par l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations qui, tous les deux ans, prive un club de ses joueurs africains pendant deux mois.

Mais Willy Sagnol ne s'arrête pas là et se lance dans une description discutable du jeu du "joueur typique africain". Il le décrit comme "un joueur pas cher quand on le prend, prêt au combat généralement, qu’on peut qualifier de puissant sur un terrain". Et l'ancien international français d'ajouter : "Mais le foot ce n’est pas que ça, c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline. Il faut de tout. Des Nordiques aussi, c’est bien les Nordiques, ils ont une bonne mentalité." Des déclarations qui ont provoqué de nombreuses réactions, de l'indignation des associations antiracistes au soutien des commentateurs du ballon rond.

SOS Racisme, la Licra et Lilian Thuram taclent Sagnol

Les associations antiracistes sont montées au créneau pour dénoncer les déclarations de l'ancien joueur du Bayern de Munich. Ses propos "renvoient à une expression décomplexée du racisme antinoir", juge SOS Racisme dans un communiqué, qui fustige aussi "l'association crasse des 'Noirs' et des 'Nordiques' respectivement aux registres du physique et de l'intelligence". Par conséquent, SOS Racisme réclame "des sanctions immédiates à la hauteur de la gravité de tels propos" et "étudie la possibilité de déposer une plainte dans les jours qui viennent".

Même indignation pour l'antenne bordelaise de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémistisme (Licra), qui a annoncé "mettre un terme unilatéralement au partenariat qui la lie aux Girondins de Bordeaux". L'association "étudie la possibilité d'une plainte pénale contre Willy Sagnol", dont elle considère que les propos "révèlent un racisme ordinaire et banalisé dans le football".

De son côté, Lilian Thuram s'est dit "surpris et déçu", sur Europe 1"Ça me surprend effectivement, parce qu'il n'a jamais tenu ces propos avant", a développé l'ancien partenaire de Willy Sagnol chez les Bleus. "Malheureusement, il y a toujours eu des préjugés sur les personnes venant d'Afrique, les personnes qui sont noires ; on les enferme toujours dans leur force et on nie chez elles une certaine intelligence. Ces propos, ça conforte ces préjugés-là", a regretté l'ancien champion du monde. Sur RMC, il a toutefois cherché à ne pas trop charger son ancien partenaire : "Je crois qu’il ne faut pas faire le procès de Willy Sagnol, il faut faire le procès des préjugés." 

Les Girondins, la FFF et Tapie se replient en défense

Le président des Girondins de Bordeaux, Jean-Louis Triaud, a pris mercredi la défense de son entraîneur : "On ne veut pas donner plus d'ampleur à ce qui se passe, surtout qu'on trouve ça totalement injustifié." Jean-Louis Triaud s'est dit "en colère", car "tous ceux qui connaissent Willy Sagnol savent qu'il est tout sauf raciste". Le dirigeant plaide pour une interprétation "totalement erronée" des propos. Confirmant qu'il ne prendrait aucune sanction contre son entraîneur, il s'est aussi attaqué aux associations antiracistes "qui sautent sur n'importe quoi pour faire le buzz".

Le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, est également venu à la rescousse du technicien. Il assure, selon des propos rapportés par Le Parisien, que "Willy [Sagnol] est quelqu'un qui a toujours donné une image exemplaire du football français" et que "tout au plus peut-on le taxer de maladresse". De nombreux consultants ont également pris la défense de l'entraîneur de Bordeaux. Sur RMC, Roland Courbis n'a vu "aucune polémique dans ses propos". Concernant Daniel Riolo, il a rédigé un post de blog pour tenter de démontrer que Willy Sagnol avait ouvert un débat utile.

Le coach de Bordeaux a également reçu le soutien de Bernard Tapie, qui s'est exprimé sur RTL : "On ne doit pas se contenter d'une phrase dite comme ça sur le vif. Il faut fouiller un peu pour savoir si dans la vie du mec il a donné des signes qui confirment. Or, je vous dis, le signe qui confirme le moins cet état d'esprit, c'est qu'il a comme capitaine de son équipe un Africain [Ludovic Sané]". L'ancien patron de l'Olympique de Marseille a estimé qu'il s'agissait plus d'une "erreur d'appréciation qu'un jugement raciste" "Son analyse technique est dépassée, aujourd'hui les joueurs subissent les mêmes formations."