Cet article date de plus de dix ans.

Viol en réunion à Lyon : Gomis et l'OL démentent

LYON - Une enquête a été ouverte mercredi pour "viol en réunion" à Lyon. Deux hommes seraient visés. L'attaquant lyonnais Bafétimbi Gomis dément et son club, l'Olympique lyonnais, affirme qu'aucun autre de ses joueurs n'est impliqué.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bafétimbi Gomis le 9 décembre 2011, à Lyon. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Une nouvelle affaire de mœurs dans le foot français ? Une enquête a été ouverte pour "viol en réunion" mercredi 13 juin à Lyon (Rhône), visant notamment deux footballeurs de l'Olympique lyonnais (OL), a indiqué la police. Cette information confirme celle des médias lyonnais. 

Le viol aurait eu lieu entre 1 heure et 2h30, dans la nuit de mardi à mercredi. "Les faits ont été signalés en fin de nuit à la police, mais aucune plainte n'a été déposée et on n'a pas encore entendu la victime", a précisé un responsable policier.

Le "tout début" d'une enquête

Selon le site internet du mensuel lyonnais Lyon Capitale, Bafétimbi Gomis aurait "invité une femme de 38 ans" dans son appartement, en compagnie d'un autre joueur non identifié. "Celle-ci accuse les deux joueurs de Lyon de l'avoir violée et s'en serait ouverte à une amie venue la chercher en pleine nuit", ajoute Lyon Capitale.

D'après la police, "on n'en est qu'au tout début" de l'enquête, confiée à la Sûreté départementale, et "aucune garde à vue n'a eu lieu, contrairement à ce qu'ont écrit certains médias". 

Démentis de Gomis et de l'OL

Bafétimbi Gomis a lui aussi indiqué, sur sa page Facebook, qu'il n'avait pas passé la nuit en garde à vue. Il dément également avoir commis les faits qui lui sont reprochés. "Je vous informe que je démens formellement les accusations qui sont portées contre moi", écrit-il.

L'Olympique lyonnais défend ses joueurs. Dans un communiqué, le club "dément formellement que Bafétimbi Gomis ait passé la nuit en garde à vue conformément à ses propres déclarations et qu’un autre de ses joueurs soit susceptible d’être impliqué".

L'OL ajoute qu'il "a pris acte de l’existence d’une enquête" et qu'il "suit son évolution". Il "regrette vivement les diffusions hâtives de médias dont la finalité est de porter atteinte à son image alors qu’aucune conclusion policière ou judiciaire n’existe à ce jour".

Le précédent Brandao

Cette nouvelle affaire rappelle celle de Brandao, attaquant brésilien de l'OM. Il est mis en examen pour "viol" depuis le 9 mars 2011. Une Aixoise de 24 ans avait affirmé aux enquêteurs que le footballeur avait abusé d'elle dans sa voiture, alors qu'il la ramenait chez elle au sortir d'une boîte de nuit. Laissé en liberté sous contrôle judiciaire, il avait été prêté à un club brésilien, Cruzeiro, avant de renouer en janvier dernier avec le Championnat de France de 1re division.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.