EN IMAGES | Mondial : la finale vue depuis les tribunes du Maracanã

L'Allemagne a été sacrée championne du monde après sa victoire arrachée en prolongation contre l'Argentine (1-0) dimanche à Rio. Une finale animée et parfois tendue entre les supporters allemands, argentins et brésiliens présents dans les tribunes du mythique stade Maracanã.

(Des supporters argentins dépités au coup de sifflet final © Maxppp)

"Je ne voulais pas qu'à la fin ce soit encore l'Allemagne qui gagne ", lâche Juan en pleurs, en faisant référence à la célèbre définition du football donnée par Gary Lineker. Ce supporter argentin a fait près de 3.000 km pour espérer assister au sacre de son équipe dans ce mythique stade.

Le Maracanã ciel et blanc

Comme les autres fans de l'Albiceleste, il donne de la voix pour chauffer l'enceinte avant le coup d'envoi. Le Maracana résonne de chants argentins et resplendit de couleurs ciel et blanc. Tous les supporters de la bande à Messi entonnent à plusieurs reprises leur chanson écrite spécialement pour ce Mondial et qui égratigne au passage le Brésil, son voisin rival.

Des Allemands aux accents brésiliens

De leur côté, les supporters de la Mannschaft sont plus discrets. Ils lancent quelques "Deutschland" pour donner le change. Moins nombreux, ils sont en revanche bien aidés par des spectateurs brésiliens venus en masse pour soutenir l'Allemagne. Danilo est l'un d'eux : "on ne veut pas voir notre rival, l'Argentine, être sacré chez nous" . Et d'ajouter dans un sourire : "et si l'Allemagne gagne, on pourra toujours dire que l'on a été humilié par le vainqueur" .

Facilement reconnaissables, ils ont le maillot du Brésil ou celui de Flamengo, l'un des clubs de Rio. D'autres ont même le maillot de la Mannschaft et ont de la peinture noire, rouge et jaune sur les joues. Ils sifflent dès que les Argentins lancent des chants ou que Messi touche le ballon. Mais dès qu'ils ouvrent la bouche, le masque tombe : le supporter allemand est brésilien. "Je vais jusqu'à me faire passer pour un fan allemand pour pousser cette équipe pour qu'elle batte l'Argentine", assure sérieusement cet habitant de Rio.

(Des têtes de champion du monde © RF/GA)

Echauffourées et insultes

L'ambiance est plutôt bon enfant jusqu'à la prolongation et le but de Götze qui a offert la victoire à l'Allemagne. Les visages se tendent alors. Des insultes fusent entre supporters argentins et allemands. Des bagarres éclatent même mais elles sont rapidement interrompues par la sécurité qui intervient pour maîtriser quelques fans visiblement alcoolisés.

Les Brésiliens "déguisés" en Allemands commencent à enlever leur maquillage : "J'ai peur que ça dégénère" , souffle un Carioca en rangeant son maillot de la Mannschaft.

"Et à la fin..."

Au coup de sifflet final, les supporters allemands célèbrent leur titre avec une étonnante retenue Ils laissent enfin éclater leur joie lorsque le capitaine Philippe Lahm brandit la Coupe du Monde dans le ciel du stade Maracanã éclairé par un feu d'artifice.

Un spectacle auquel les Argentins n'ont pas voulu assister : tous ont déjà déserté les tribunes. Seuls quelques-uns, le regard perdu et les yeux rougis, errent dans les travées du stade.

Vidéo. Le sacre de l'Allemagne.

La sortie du stade se fait plutôt dans le calme. Quelques Brésiliens donnent de la voix pour encore chambrer les Argentins. "Je n'ai pas a force de répondre" , rétorque amer ce fan de l'Albiceleste aussitôt consolé par un homologue allemand : "C'est parce qu'ils ont eu peur que vous gagniez ! Ce n'est pas passé loin !" . Avant de se voir répondre : "Oui mais à la fin..." Sans doute le refrain le plus connu de ce Mondial.

(La tristesse des supporters argentins © RF/GA)