France-Bulgarie : le retour du public au stade de France, une bouffée d’air frais

Pour leur retour à Saint-Denis, les 5 000 personnes présentes pour le match de l’équipe de France face à la Bulgarie ont donné de la voix.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Antoine Griezmann salue le public du stade de France juste avant le début du match face à la Bulgarie, le 8 juin (FRANCK FIFE / AFP)

"Restez assis en tribunes pendant le match". La consigne du speaker du stade de France n’aura pas été respectée longtemps par les 5 000 personnes présentes ce mardi soir pour le deuxième match de préparation des Bleus face à la Bulgarie (3-0). Toute juste l’a-t-elle été quelques minutes pendant l’échauffement, avant que les groupes de supporters présents n’entament des "Qui ne saute pas n’est pas Français" pour s’échauffer les cordes vocales.

"On va avoir du mal à rester assis toute la rencontre", prévenait Raphaël, un membre d’un groupe de supporter, avant le match. Non, les heureux élus n’étaient pas venus fredonner quelques chants en soutien à l’équipe de France, confortablement installés dans leurs sièges. L’objectif était tout autre : donner un peu de baume au cœur à des joueurs désormais habitués à jouer devant des tribunes vides, avant le grand départ pour l’Euro. Alors, quand Antoine Griezmann est venu saluer le public à quelques secondes du coup d’envoi de la rencontre, toute la tribune est, la plus garnie ce soir, n’a pas hésité à se lever pour acclamer chaudement le numéro 7 des Bleus.

C’est d’ailleurs Griezmann qui a été le premier à faire chavirer le public, grâce à son magnifique but inscrit à la demi-heure de jeu. "C'était un énorme moment de joie et de communion. C'était fou, on avait l'impression de venir au stade pour la première fois de notre vie !", explique Lucas, présent ce soir au stade de France. "Chacun s'est vraiment tenu, on n'a pas fait ce qu'on appelle les "descentes", mais ce but et cette explosion de joie ont vraiment fait un bien fou", raconte Fabian, membre du groupe de supporters des Irrésistibles Français.

Une clameur qui nous avait manqué

Les 5 000 personnes présentes ce soir au stade avaient été soigneusement sélectionnées : des pompiers, des policiers, des membres du personnel soignants, des étudiants… Fabian, des Irrésistibles Français faisait lui partie des groupes de supporters choisis pour mettre l’ambiance ce soir au stade de France, et répéter leurs gammes après de longs mois à devoir déserter les tribunes.

Des clappings, aux Marseillaises, en passant par d’incessantes relances de chants, ces derniers ont parfaitement rempli leur rôle malgré une distanciation sociale assez laxiste. Mais chaque membre du public avait rempli au préalable les conditions du pass sanitaire (test PCR ou antigénique négatif, attestation de vaccination ou de guérison du Covid-19). "Je suis satisfait parce qu'on a été responsable. Il y a encore des contraintes mais ce n'est rien par rapport au fait d'être seul devant sa télé", assure Fabian.

Cet "entassement" a d’ailleurs provoqué une clameur dans le stade, perceptible à chaque récupération de balle de N’Golo Kanté, accélération foudroyante de Kylian Mbappé ou toucher de balle soyeux de Paul Pogba. Même la sortie sur blessure de Karim Benzema n’aura pas entamé l’enthousiasme des supporters présents ce soir. Le numéro 19 des Bleus aura eu le droit à une belle ovation, tout comme son remplaçant Olivier Giroud, salué par le public pour son doublé. Finalement, chaque joueur des Bleus présents sur la pelouse aura eu le droit à ses quelques secondes de chant de la part du public, déterminé à pousser l’équipe de France à inscrire un second but.

"Un premier pas vers un retour à la normale"

Les Bleus en ont finalement inscrit trois, mais pour certains, le résultat était secondaire ce soir. "Il y a l’équipe de France, mais l’essentiel, c’est surtout d’être en tribunes, de voir du monde, de voir un match et de sentir l’ambiance. Pour les enfants, c’est un privilège ! On est impatients", nous expliquait Camille avant la rencontre aux abords du stade. La mère de famille, venu avec son fils, a eu la chance d’assister au premier match des Bleus avec autant de public depuis un France-Moldavie (2-1) de novembre 2019. Autant dire une éternité.

En octobre dernier, 1 000 personnes avaient assisté aux matches contre l’Ukraine (7-1) et le Portugal (0-0). À 5 000 ce soir, l’ambiance était tout autre. "Ça fait du bien d'avoir pu participer à ce renouveau", souffle Fabian. Pas trop rouillé les supporters après autant d’attente ? "Non, ça va ! C'est comme le vélo, ça revient vite, on a repris les bonnes habitudes", explique le supporter des Irrésistibles Français, qui ont soutenu les joueurs jusqu’à la dernière minute. Juste après le coup de sifflet final, les Bleus ont partagé un beau moment de communion avec le public en allant vers lui pour le saluer.

"C’est un premier pas vers un retour à la normale", déclarait Didier Deschamps lundi en conférence de presse. Ce mardi soir, les Bleus se sont réhabitués à voir leurs supporters les soutenir. Certains présents ce soir feront le déplacement à Munich puis à Budapest pour suivre l’équipe de France pendant l’Euro. Mais cette fois, ils seront en minorité face aux publics allemand et hongrois. Ce match de préparation face à la Bulgarie aura eu le mérite de faire office de répétition générale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Didier Deschamps

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.