France - Bosnie-Herzégovine : "Si on était restés à onze, ce match était pour nous" affirme Paul Pogba

Didier Deschamps et Paul Pogba ont réagi après le match nul de l’équipe de France contre la Bosnie-Herzégovine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Paul Pogba, à l'issue du match nul des Bleus contre la Bosnie-Herzégovine, mercredi 1er septembre, à l'occasion des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. (FRANCK FIFE / AFP)

C’était ni fait ni à faire. Contre la Bosnie-Herzégovine mercredi 1er septembre, les Bleus ont concédé un match nul décevant (1-1), lors de la quatrième journée des qualifications pour la Coupe du monde 2022. Après la rencontre, Didier Deschamps a livré son analyse au micro de M6, en évoquant notamment le carton rouge de Jules Koundé, à la 50e minute de jeu après une vilaine faute sur Kolasinac.

"Forcément, c’est plus compliqué à dix. Même si on s’est réorganisés pour faire en sorte d’être plus compacts. On a eu quelques situations, mais ce n'est pas ce qu'on cherchait au début du match" a expliqué le sélectionneur tricolore.

Même son de cloche du côté de Paul Pogba : "Ce rouge nous a mis un peu en difficulté. Je pense que si on était restés à onze, ce match était pour nous car ils étaient très fatigués. En première période on a eu des occasions, on les a dominés mais le rouge a compliqué les choses", a déclaré le milieu de terrain.

"Les phases de qualifications sont dures pour tout le monde"

Outre le carton rouge de Jules Koundé, Didier Deschamps a évoqué la difficulté des éliminatoires de la Coupe du Monde : "On avait l'objectif de prendre trois points, mais ce sont les phases de qualifications, c'est dur pour tout le monde, regardez l'Ukraine qui a fait match nul au Kazakhstan (2-2)." Les Bleus affronteront justement  les Ukrainiens samedi 4 septembre, et la Finlande mardi 7 septembre. L’occasion de se racheter pour les Tricolores.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Didier Deschamps

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.