D1 : Paris pour confirmer, la revanche de Lyon, Bordeaux à l'affût... pourquoi faut-il suivre le championnat féminin qui reprend ce vendredi soir ?

Alors que le championnat français de football féminin reprend vendredi, voici les raisons pour lesquelles il faut suivre cette nouvelle saison.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
De gauche à droite : Kheira Hamraoui (PSG), Sonia Bompastor (coach de l'OL), Ève Périsset célébrant un but avec ses coéquipières bordelaises. (AFP)

Trois semaines après les hommes, les footballeuses reprennent la compétition. L'OL féminin ouvre le bal vendredi 27 août en accueillant les Rémoises. Montée en puissance des Bordelaises, retour à Paris de Kheira Hamraoui, ambition de Sonia Bompastor avec l'OL... voici celles qu'il faudra garder dans le viseur cette saison en D1 Arkema.

L'équipe à suivre : les Girondines de Bordeaux, en constante progression 

Elles se sont petit à petit imposées comme une des meilleures équipes du championnat. Promues dans l’élite du football français en 2016, les Bordelaises ne cessent de progresser : 10e en 2017, 7e en 2018 puis 4e en 2019, elles ont ensuite confirmé leur montée en puissance en terminant troisièmes deux saisons d'affilée.

Le FCGB est récemment entré dans une nouvelle dimension en se qualifiant pour la première fois de son histoire en Ligue des champions. Les coéquipières de Charlotte Bilbault ont entamé leur campagne européenne en s'imposant face aux Tchèques du Slovacko (2-1) et aux Suédoises du DFF Kristianstads (3-1) au mois d'août. 

Sous la houlette de leur nouvel entraîneur, l'expérimenté Patrice Lair (ex-coach de Montpellier et de l'OL), les Girondines sont les mieux armées pour concurrencer les deux géants du championnat que sont l'OL et le PSG - bien qu'elles feront sans leur meilleure buteuse des dernières années, la Jamaïcaine Khadija Shaw, partie à Manchester City.

La joueuse à suivre : Kheira Hamraoui, le grand retour au PSG

Après cinq ans d'absence, Kheira Hamraoui retourne dans le club de la capitale. Celle qui a porté 92 fois le maillot parisien sous lequel elle a inscrit 16 buts entre 2012 et 2016, s'est engagée cet été jusqu'en juin 2023 avec les Rouge et Bleu. 

En deux saisons chez le rival lyonnais, puis un exode au FC Barcelone de trois ans, avec lequel elle a remporté la Ligue des champions au printemps dernier, la milieu de terrain de 31 ans a soulevé moult trophées et mûri. L'expérience accumulée de l'internationale tricolore pourrait bien profiter au club parisien, dont les rangs sont remplis de jeunes talents comme Sandy Baltimore ou Marie-Antoinette Katoto, qui cherchera à conserver son titre en championnat cette saison.

L'entraîneure à suivre : Sonia Bompastor, cheffe d'orchestre de la reconquête lyonnaise

Arrivée en avril depuis la direction du centre de formation de la section féminine lyonnaise, Sonia Bompastor a pris le siège laissé vacant par Jean-Luc Vasseur, évincé en cours de championnat. Un changement sur le banc qui n'a pas empêché les Lyonnaises de laisser filer le titre de championnes de France au profit des Parisiennes. La saison blanche de l'OL, une première en quinze ans, a entraîné plusieurs transformations au sein du club.

Avec un effectif bouleversé (plusieurs joueuses phares prêtées à la franchise américaine du club, l'OL Reign, de nombreuses arrivées du PSG), et un staff remanié (avec notamment l'arrivée en tant que première adjointe de l'ex-Bleue Camille Abily), Sonia Bompastor va avoir du pain sur planche pour sa première saison complète à la tête des Gones.

Mais l'ancienne internationale ne cache pas ses ambitions : "Le triplé championnat, Coupe de France, Ligue des champions est l'objectif prioritaire, et il y aura énormément de déception si on échoue", a-t-elle confié au Progrès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers D1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.