"Si Ronaldo avait signé à City, j'aurais pris mes distances avec le foot" : les fans de Manchester United racontent leur ascenseur émotionnel

Avant l'officialisation de son retour du côté d'Old Trafford vendredi, la star portugaise était annoncée avec insistance chez le voisin et rival honni de Manchester City. Des fans des "Red Devils" racontent leurs émotions fortes à franceinfo: sport.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Cristiano Ronaldo après avoir marqué face à Arsenal, le 13 avril 2008, à Old Trafford (Manchester).  (PAUL ELLIS / AFP)

Des montagnes russes. Les supporters de Manchester United se souviendront longtemps du vendredi 27 août, lorsque l'annonce du retour de Cristiano Ronaldo dans leur club est tombée en fin de journée. Pourtant, depuis plusieurs jours, les dernières rumeurs envoyaient la star portuguaise chez le voisin honni de Manchester City. Vendredi après-midi, les fans des "Red Devils" ont même exprimé colère et stupéfaction sur les réseaux sociaux. Les plus acharnés allant jusqu'à brûler leur maillot floqué du célèbre numéro 7. Puis, coup de théâtre, un peu avant 18 heures : Manchester United a officialisé, à la surprise générale, le retour de l'ex-idole d'Old Trafford.

Angélique fait partie de ceux que cette journée a chamboulée. Originaire de Lyon, la jeune femme de 29 ans supporte le club mancunien depuis 2003. Dans sa famille, le foot est sacré. Tout le monde n'est pas du même bord et cela l'amuse beaucoup. Né d'un père fan des Reds (de Liverpool), la Lyonnaise n'était pas forcément destinée à se passionner pour Manchester United.

Pourtant, cette fan des Red Devils ne s'est jamais remise du départ de Cristiano Ronaldo en 2009. Alors, quand les rumeurs annonçaient son joueur favori à City, elle a d'abord cru à une mauvaise blague. "Je ne pouvais pas l'imaginer jouer pour ce club. Il a toujours respecté Manchester United, les supporters l'idolâtrent encore. J'étais très déçue", raconte celle qui a vécu quatre mois dans la ville du nord de l'Angleterre. "Je n'ai même pas réussi à travailler vendredi, j'étais scotchée à Twitter. J'avais peur que la nouvelle tombe et que cela devienne réel."

"Après la Super Ligue, ça aurait été la goutte de trop"

Geoffroy, 36 ans, n'est pas non plus parvenu à rester concentré au travail. Ce Franco-Anglais est originaire de Manchester. C'est lui qui est responsable de la branche officielle des supporters en France. "Mon père m'a mis le maillot de United sur le dos dès ma naissance", se remémore-t-il plein sourire. 

Si Ronaldo avait signé à City, il aurait été "dégoûté". "Pour moi, il était impossible qu'il aille à City. Enfin, jusqu'à jeudi soir. Je me suis couché à 23 heures, et j'ai commencé à cogiter", raconte ce passionné. "Je me disais que, s'il signait là-bas, je prendrais mes distances avec le foot. Après avoir vu des stades vides pendant des mois et avec toute l'histoire de la Super Ligue [ce projet de ligue fermée entre les plus grands clubs européens qui a finalement fait long feu], ça aurait été la goutte de trop." 

Pour Antony aussi, ces derniers jours ont été particulièrement durs à vivre. "J'étais frustré, blessé, résigné. Je me demandais comment il pouvait faire ça [signer chez le rival de City]. C'était inconcevable pour moi, une vraie trahison", se remémore celui qui a créé une page dédiée à son club favori sur les réseaux sociaux.

"Personne ne s'y attendait"

Puis, la peine a laissé place à la joie chez les supporters. Maxime, 22 ans, l'admet : il était trop jeune pour voir les premiers exploits de Cristiano Ronaldo à Manchester (entre 2003 et 2009). Mais qu'importe, CR7 reste une légende. "J'ai des frissons lorsque je regarde ses buts d'il y a dix ans. Quand son retour a été officialisé, j'ai sauté et crié tout seul chez moi. Je n'ai qu'une seule hâte : acheter le maillot floqué et aller à Old Trafford", se projette déjà l'Amiénois. 

Antony a encore du mal à réaliser. "Je commence seulement à retomber. Vendredi soir, j'ai eu du mal à m'endormir tellement j'étais excité. Cela fait des années que nous attendions de le revoir à Old Trafford. C'est un bonheur qu'on ne peut même pas mesurer", se réjouit-il. 

Angélique non plus ne s'y attendait pas du tout. "C'était un coup de tonnerre, j'avais la tension à 15 000. Je suis encore sur mon nuage. Tant que je l'aurai pas vu fouler la pelouse d'Old Trafford, je ne réaliserai pas", s'extasie-t-elle, en nuançant toutefois : "Tout est allé tellement vite. J'ai l'impression que c'est bâclé, qu'il n'y a pas eu de réelle annonce."

C'est déjà pardonné

Cette passionnée ne veut pas croire que son idole ait réellement songer à signer à City. "Je me demande si toutes ces rumeurs n'ont pas été orchestrées pour que United se réveille et fasse une offre. S'il n'avait pas été aussi proche de City, je ne suis pas sûre que United se serait penché dessus. C'est plus une question d'honneur et de fierté", se persuade la jeune femme.

Et même si cela était vrai, pas question d'être rancunier du côté d'Antony : "Certains ont un peu tiqué du fait qu'il ait failli signer à City. Mais nous lui avons pardonné. Le bonheur de le retrouver compense vraiment ce petit point noir". Les fans des Red Devils n'ont désormais qu'une seule hâte : voir Cristiano Ronaldo se produire dans le Théâtre des rêves. "Il est incroyablement au-dessus du lot. Son impact physique, son expérience et son aura vont être très utiles. Les jeunes du club vont avoir la chance de jouer avec lui et d'apprendre à ses côtés", jubile Geoffroy.

La star portugaise, qui ne figure pas dans le groupe pour la rencontre disputée par Manchester United à Wolverhampton dimanche, devrait effectuer son grand retour sur les pelouses anglaises après la trêve internationale, le 11 septembre prochain face à Newcastle. Et le stade affiche déjà complet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cristiano Ronaldo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.