Projectiles jetés sur les forces de l'ordre, dégradation de bâtiments, poubelles incendiées : plusieurs incidents en France après le sacre de l'équipe de France

À Paris, Marseille, Grenoble ou encore Rouen, des dégradations ont été constatées, selon les informations de franceinfo et de nos confrères de France Bleu.

Des incidents ont éclaté à Marseille et ont opposé des casseurs aux forces de l\'ordre, dimanche 15 juillet
Des incidents ont éclaté à Marseille et ont opposé des casseurs aux forces de l'ordre, dimanche 15 juillet (BORIS HORVAT / AFP)

La fête a parfois mal tourné en France, dans la soirée du dimanche 15 juillet après la victoire de l'équipe de France en finale de la Coupe du monde de football. Des incidents ont éclaté dans plusieurs villes, a appris franceinfo ce dimanche auprès de plusieurs locales du réseau France Bleu.

À Paris, les forces de l'ordre sont intervenues sur les Champs-Élysées au drugstore Publicis, a indiqué la préfecture de police de Paris à franceinfo. Le bâtiment a été dégradé en marge de la liesse populaire. Des jets de projectiles sur les forces de l'ordre ont également été constatés, selon la préfecture.

De nombreuses dégradations à Marseille

Les forces de l'ordre ont aussi essuyé des jets de pétards, de fumigènes et de projectiles à Marseille (Bouches-du-Rhône), malgré un arrêté interdisant ces produits. Au moins sept personnes ont été interpellées après des débordements sur le Prado et le Vieux-Port, a appris France Bleu Provence auprès de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône.

Une voiture de police a été coincée à l'angle de l'Opéra et du Vieux-Port. Sur le rond-point du Prado, plusieurs personnes sont montées sur un bus et ont abîmé le pare-brise. Des poubelles ont également été incendiées. Les forces de l'ordre ont dû utiliser des gaz lacrymogènes. Au total, 27.000 personnes ont assisté à la retransmission de la finale au parc Chanot à Marseille, 40 000 sur le Vieux-Port.

Des échauffourées à Lyon

A Lyon, sur la place Bellecour, un groupe de supporters est monté sur un camion anti-intrusion situé à un angle de l'esplanade. L'ambiance a alors dégénéré et les forces de l'ordre ont chargé en direction d'une centaine de jeunes, essuyant des jets de projectiles et tirant des grenades lacrymogènes, ces échauffourées provoquant des mouvements de foule et les fumées incommodant quelques personnes.

Les incidents se sont ensuite poursuivis autour des places voisines de la République et des Jacobins, avec des feux de poubelles et de scooters, du mobilier urbain endommagé et des face-à-face sporadiques entre forces de l'ordre et groupes de "casseurs".

Des journalistes agressés à Rouen

À Grenoble (Isère), des abribus ont été cassés, des poubelles ont été incendiées et plusieurs voitures ont été retournées dans le secteur des Grands Boulevards, rapporte France Bleu Isère. Les CRS ont dû intervenir.

À Rouen (Seine-Maritime), deux journalistes qui avaient tourné une vidéo ont été blessés par des supporters et transportés à l'hôpital par les pompiers, a appris France Bleu Normandie auprès de la préfecture de Seine-Maritime. Des feux de poubelles et des dégradations de chantiers ont également été recensés.

En Corse, une personne a été légèrement blessée à Bastia lors de heurts sur la place Saint-Nicolas et transportée à l'hôpital par les pompiers, rapporte France Bleu RCFM. Lors d'un but de l'équipe de France, un groupe de jeunes s'en est pris aux supporters réunis dans les cafés en criant "Français de merde". Une bousculade s'en est suivie et les forces de l'ordre ont dû intervenir. À Ajaccio, trois personnes ont été légèrement blessées rue Bonaparte, devant un café qui retransmettait le match, et transportées à l'hôpital de la Miséricorde par les pompiers. Aucune interpellation n'a été réalisée.