Coupe du monde : la France s'impose 3-0 contre le Honduras

Les joueurs de Didier Deschamps ont remporté leur premier match du Mondial grâce notamment à un doublé de Karim Benzema. 

Karim Benzema fête son deuxième but contre le Honduras avec Mathieu Valbuena, à Porto Alegre (Brésil), le 15 juin 2014.
Karim Benzema fête son deuxième but contre le Honduras avec Mathieu Valbuena, à Porto Alegre (Brésil), le 15 juin 2014. (JUAN BARRETO / AFP)

Les Bleus sont entrés dans la compétition de la meilleure des manières. L'équipe de France s'est imposée 3-0 contre le Honduras, dimanche 15 juin, à Porto Alegre (Brésil), pour son premier match de la Coupe du monde. Karim Benzema s'est illustré au cours de cette partie en marquant un doublé (presque un triplé). Grâce à cette large victoire, la France se classe en tête de son groupe après cette première journée de phase de poules, devant la Suisse, l'Equateur et le Honduras. Francetv info a listé les trois faits de match qui ont marqué cette rencontre.

Le combat physique du Honduras

Le début du match a été marqué par le jeu rugueux du Honduras. Les joueurs de la Bicolor n'ont pas hésité à aller au contact. "Au final, c'était très plaisant. On peut le dire uniquement parce qu'aucun joueur français n'a perdu de jambe, ce qui n'était pas gagné en première mi-temps", résume le Guardian (en anglais), avec un humour très britannique. En match de préparation, la sélection de Luis Fernando Suarez avait accroché l'Angleterre (0-0). Le milieu Steven Gerrard avait dénoncé, après la rencontre, les "grosses fautes" des joueurs honduriens. Et Didier Deschamps avait reconnu : "Oui, il y a de l’agressivité, des aptitudes au combat physique. On va s’attendre à ça."

Le doublé de Benzema

L'agressivité des Honduriens leur a ensuite joué des tours. Après un premier carton jaune, écopé à la suite d'un accrochage avec Paul Pogba, Wilson Palacios a été expulsé après une nouvelle faute grossière dans la surface sur le jeune milieu tricolore, avec un penalty à la clé. Un tir au but transformé par Karim Benzema, qui a aussi inscrit le troisième but de son équipe après une frappe repoussée de Mathieu Debuchy. "Je suis attaquant : on me juge au nombre de buts que je marque, moi je préfère regarder la manière dont j'ai joué", a réagi Karim Benzema en conférence de presse. Une façon pour lui peut-être de faire référence aux critiques dont il a été l'objet lorsqu'il n'a pas marqué pendant 1 222 minutes sous le maillot bleu. Surtout, le joueur du Real Madrid a aussi été impliqué sur le deuxième but : sa frappe sur le poteau a été détournée par le gardien hondurien, Noel Valladares, juste derrière sa ligne. 

L'utilisation de la technologie sur la ligne de but

Cette action a d'ailleurs donné lieu à un moment de flottement dénoué grâce à l'utilisation de la "goal-line technology", la technologie sur la ligne de but. Une première dans l'histoire de la Coupe du monde. Ce but, attribué finalement au portier de la Bicolor, a bien été validé par l'arbitre qui a reçu une notification "goal" ou "not goal" sur sa montre connectée. Pour le Mondial, les ballons sont, en effet, équipés de puces et les 12 stades brésiliens bénéficient d'un système qui permet de visualiser si le cuir est rentré dans le but ou non. Une aide précieuse pour l'homme en noir car la balle, que le gardien hondurien a tenté de rattraper in extremis, a à peine franchi la ligne.

Karim Benzema vérifie que le ballon passe bien la ligne face au Honduras, à Porto Alegre (Brésil), le 15 juin 2014.
Karim Benzema vérifie que le ballon passe bien la ligne face au Honduras, à Porto Alegre (Brésil), le 15 juin 2014. ( DAMIR SAGOLJ / REUTERS)