Mondial-2022 : le Qatar a mené des "opérations noires" pour saper ses concurrents, selon le "Sunday Times"

Le journal britannique affirme que le comité d'organisation du Qatar a notamment payé une équipe de relations publiques ainsi que d'anciens agents de la CIA pour diffuser de "fausses promesses" concernant ses principaux rivaux.

Des personnes brandissent une banderole pour célébrer le Mondial-2022, lors du Mondial en Russie, lors de la finale France-Croatie, le 15 juillet 2018.
Des personnes brandissent une banderole pour célébrer le Mondial-2022, lors du Mondial en Russie, lors de la finale France-Croatie, le 15 juillet 2018. (SEBASTIAN EL-SAQQA / AUGENKLICK / FIRO SPORTPHOTO / AFP)

Le Qatar a-t-il eu recours à des méthodes douteuses pour devenir le pays hôte de la prochaine Coupe du monde de football en 2022 ? Le Sunday Times (article abonnés, en anglais) l'affirme, dimanche 29 juillet, évoquant des "opérations noires".

Le journal britannique affirme que le comité d'organisation du Qatar a notamment payé une équipe de relations publiques ainsi que d'anciens agents de la CIA pour diffuser de "fausses promesses" concernant ses principaux rivaux, l'Australie et les Etats-Unis. La BBC (en anglais) rapporte que le comité suprême du Qatar "rejette" toutes ces allégations.

Faire croire à une absence de soutien de la population locale

Selon le Sunday Times, la stratégie du Qatar était de recruter des individus influents afin d'attaquer les offres dans leurs pays d'origine, donnant l'impression qu'il n'y avait "aucun soutien" pour accueillir la Coupe du Monde parmi la population. En effet, l'un des principaux critères pris en compte par Fifa, organe directeur du football mondial, est que les offres devraient bénéficier d'un fort soutien des populations locales.

Les candidats au Mondial 2002 avaient pour interdiction de faire "toute déclaration écrite ou orale de toute nature, que ce soit défavorable ou non, sur les offres ou les candidatures de toute autre association membre" en vertu des lignes directrices de la FIFA. Le Sunday Times affirme que les autorités qataries étaient au courant des complots visant à "empoisonner" les autres candidatures. Le journal dit avoir eu accès à un email envoyé au directeur adjoint des offres du Qatar. Document qui lui a été fourni par un lanceur d'alerte qui a travaillé avec la candidature du pays.