Mondial 2022 au Qatar : nouvelle plainte contre Vinci pour "travail forcé" et "traite des êtres humains"

L'ONG Sherpa appuie sa plainte avec de nouveaux témoignages d'anciens employés indiens et népalais.

Des travailleurs sur le chantier du Khalifa International Stadium, le 18 novembre 2018, à Doha au Qatar.
Des travailleurs sur le chantier du Khalifa International Stadium, le 18 novembre 2018, à Doha au Qatar. (AFP)

Sherpa ne lâche pas l'affaire. L'ONG a déposé, jeudi 22 novembre, une nouvelle plainte contre Vinci dans le cadre des travaux lancés en vue de l'organisation de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar. Selon un communiqué mis en ligne par Sherpa, la plainte, déposée avec le Comité contre l’esclavage moderne et six anciens employés, vise l'entreprise française de BTP "pour travail forcé, réduction en servitude, traite des êtres humains, travail incompatible avec la dignité humaine, mise en danger délibérée, blessures involontaires et recel"

Pour cette nouvelle action en justice, l'ONG s'appuie sur de nouveaux éléments, notamment les témoignages d'anciens employés indiens et népalais. "J’ai signé un contrat dans une langue que je ne connaissais pas. Et quand je suis arrivé au camp, ils ont pris mon passeport. Je savais que je n’avais pas le choix", témoigne ainsi l'un des plaignants. 

"J'ai vu des personnes vomir"

Selon l'enquête de Sherpa, les ouvriers migrants de Vinci travailleraient "entre 66 et 77 heures par semaine, entassés dans des chambres exiguës aux sanitaires insuffisants, percevant des rémunérations sans rapport avec le travail fourni, menacés de licenciement ou de renvoi dans leur pays en cas de revendications". 

L'ONG ajoute à cela les conditions de travail. L'entreprise de BTP manquerait d'équipements pour protéger ses ouvriers contre la chaleur (entre 40°C et 50°C l'été). "Au Qatar, travailler dehors pendant la saison chaude est un réel risque. A cause de la chaleur et de l’humidité, j’ai vu des personnes vomir, et tomber comme ça sur le sol", détaille un autre témoignage recueilli par l'ONG. "Beaucoup décrivent des collègues qui sont tombés d’un coup d’une crise cardiaque, qu’on enregistre chez Vinci comme des morts naturelles", confie à Europe 1 Marie-Laure Guislain, responsable du contentieux au sein de Sherpa.

Ce n'est pas la première plainte déposée par Sherpa. Dès mars 2015, une plainte avait été déposée contre Vinci et sa filiale au Qatar. En février, l'enquête préliminaire a été classée sans suite. Face aux accusations de Sherpa, Vinci avait déposé plainte de son côté pour diffamation.