Le refus d'Adrien Rabiot d'être suppléant pour la Coupe du monde "montre qu'il n'a pas sa place dans le haut niveau"

Henri Emile, ancien intendant de l'équipe de France, "regrette" la décision d'Adrien Rabiot, qui est "un jeune talentueux".

Adrien Rabiot.
Adrien Rabiot. (MEHDI TAAMALLAH / NURPHOTO)

À trois semaines du début de la Coupe du monde de football, l'équipe de France s'offre une première polémique. Adrien Rabiot, qui compte six sélections, a fait savoir qu'il refusait de faire partie du groupe des suppléants, qui ne participeront au Mondial qu'en cas de blessure d'un autre joueur. "Je le regrette parce que c'est un jeune talentueux, mais il montre qu'il n'est pas à sa place dans le haut niveau, tel qu'on peut le concevoir", a estimé, mercredi 23 mai sur franceinfo, Henri Emile, ancien intendant et coordonnateur de l'équipe de France de 1984 à 2004 et de 2010 à 2012.

Une décision regrettable

"Il n'a pas compris que dans son métier, il n'y a pas que des titulaires. Il y a des effectifs de 25 à 30 joueurs, et être remplaçant ça fait partie de son métier et de l'esprit qu'il doit avoir", a poursuivi Henri Emile. Lui avait connu une situation semblable avec Nicolas Anelka. En 2002, l'attaquant français avait refusé une convocation de l'équipe de France. "Anelka m'avait dit 'Ok je serai au rendez-vous' et après a fait une conférence de presse à 23h pour dire qu'il ne venait pas.

C'est le problème des joueurs quand ils pensent qu'ils sont plus importants que l'équipe. Avant tout, c'est l'équipe qui est plus importanteHenri Emilefranceinfo

Un match se gagne autant avec les titulaires qu'avec les remplaçants pour Henri Emile. "Les très bons joueurs qui vont poser problème, c'est secondaire. Vous gagnez des matchs grâce aux très bons joueurs, mais vous gagnez également une grande compétition grâce à vos remplaçants. C'est là que le choix du banc de touche est important".