Victoire des Bleus : "Les marques vont vouloir accompagner les joueurs"

Désormais champions du monde, les joueurs de l'équipe de France vont changer de statut pour la publicité, selon le directeur de Nielsen Sports, entreprise spécialisée dans la mesure du marketing sportif. 

Les Bleus célèbrent la victoire en finale de la Coupe du monde. 
Les Bleus célèbrent la victoire en finale de la Coupe du monde.  (ELMAR KREMSER/SVEN SIMON / SVEN SIMON)

Il y a vingt ans, les champions de 1998 avaient été présents sur tous les écrans et sur de très nombreuses publicités. Un effet Coupe du monde qui aura certainement lieu, une fois encore, pour les nouveaux vainqueurs. Pierre-Emmanuel Davin, directeur de Nielsen Sports, une entreprise spécialisée dans l'intelligence et la mesure du marketing sportif, était l'invité de franceinfo mardi 17 juillet. Selon lui, cette victoire "va donner à nos joueurs un nouveau statut, en terme de salaire ou sur le marché des transferts". Selon lui, "évidemment, les marques vont vouloir les accompagner et être accompagnées par ces joueurs dans leur stratégie de communication". Une notoriété dont vont bénéficier tous les joueurs, les plus connus "comme Griezmann ou Pogba partent avec un petit peu d'avance", mais aussi "ceux qui étaient moins connus, comme Benjamin Pavard ou Lucas Hernandez".

franceinfo : Est-ce que devenir champion du monde c'est devenir un homme sandwich ?

Pierre-Emmanuel Davin : Oui et non. Il y a d'abord un impact direct de devenir champion du monde qui va être lié au sportif. On a parlé des primes de victoire mais au-delà de ça, ça va donner à nos joueurs un nouveau statut qui va se valoriser, que ce soit en termes de salaire avec les clubs qui les emploient ou sur le marché des transferts, avec une hausse de la valeur notamment pour les plus jeunes joueurs. Au-delà de l'aspect sportif, en ce qui concerne l'aspect homme sandwich, ou marketing, l'image est excellente ! Ces joueurs sont dans une logique d'image positive, de performance, de victoire, de cohésion, de collectif et au-delà de cette image, ils ont su se rendre accessibles pour les Français. Donc, évidemment, les marques, les annonceurs, vont vouloir les accompagner et être accompagnés par ces joueurs dans leur stratégie de communication.

Est-ce qu'ils sont tous sur la même ligne après ce titre ?

Non, ils ne sont pas tous sur la même ligne. Certains partaient avec un petit peu d'avance. Aujourd'hui, un Paul Pogba ou un Antoine Griezmann sont plutôt en avance sur les aspects marketings, ils ont d'ores et déjà plus de partenaires, de marques commerciales qui travaillent avec eux. Ceci étant dit, on voit un impact sur les deux niveaux de joueurs. Un Griezmann ou un Pogba va avoir gagné deux ou trois millions de followers, va peut-être avoir une dimension encore plus forte à l'international. Mais on va aussi voir des effets pour des joueurs qui étaient moins connus, en tout cas du grand public, comme Benjamin Pavard par exemple ou Lucas Hernandez, qui eux aussi vont bénéficier de ces aspects et de cette visibilité, de cette notoriété pour devenir eux aussi des médias ou des plateformes médias en tant que tels.

Parmi les carrières futures que les joueurs pourront envisager, il y a celles dans les instances comme l'UEFA, la FIFA, voire être représentants de grandes enseignes ou encore d'institutions. Cela peut-il arriver ?

C'est vrai qu'aujourd'hui, ou plus tard au cours de leur carrière, ces joueurs vont avoir accès à une multitudes d'opportunités, que la carrière soit dans les instances (Platini en est le meilleur exemple) ou qu'elle soit dans le monde du football dans des postes de direction plus sportifs comme Didier Deschamps, ou encore consultants médias. Côté marques, ils pourront signer des partenariats sur du long terme, comme c'est le cas avec des équipementiers comme Nike ou Adidas où on voit Zidane qui continue de les accompagner.