"Le bilan est plus que positif, bien au-delà de nos espérances" : jackpot pour les sponsors des Bleus

Qu'elles soient immédiates ou plus tardives, des retombées économiques sont attendues par les entreprises qui ont misé sur la deuxième étoile de l'équipe de France au Mondial 2018. 

Les Bleus vainqueurs de la Coupe du monde de football défilent sur les Champs-Elysées, lundi 16 juillet 2018.
Les Bleus vainqueurs de la Coupe du monde de football défilent sur les Champs-Elysées, lundi 16 juillet 2018. (FRANCK CASTEL / MAXPPP)

Au-delà de l'euphorie populaire remarquée en France tout au long de l'épopée russe des Bleus lors de la Coupe du monde de football, un retour sur investissement est attendue par les entreprises qui ont misé sur le Mondial 2018 et en particulier, la victoire de l'équipe de France.

Un gain économique immédiat

Depuis la victoire des Bleus au Mondial 2018, Nike est le sponsor le plus exposé. Les files d’attente se sont formées devant les boutiques de l'équipementier, dès lundi, pour l’achat du maillot avec deux étoiles, au prix de 85 euros. La razzia rapportera plusieurs dizaines de millions d'euros au groupe qui a dépensé 50 millions, cette année, pour devenir partenaire officiel de la Fédération française de football (FFF). Le choix est rentable, confirme Christophe Lepetit, économiste du sport, qui souligne que les règles du jeu financier se sont professionnalisées. "Le partenariat ne se fait plus à l’ancienne où les 'danseuses' des PDG étaient financées. Aujourd’hui, les sponsors veulent un retour sur investissement qu’il soit financier ou qu’il se traduise en termes d’image", explique Christophe Lepetit.  

Au final, une image qui imprime

Une dizaine de sponsors officiels étaient et sont encore omniprésents dans les médias et sur les réseaux sociaux. Parmi eux, Volkswagen qui a dépensé 5,5 millions d'euros par an pour s'afficher comme sponsor. Selon Timothée Gazeau, responsable communication du groupe, le constructeur automobile allemand en a pour son argent. "Le bilan est plus que positif, bien au-delà de nos espérances", confie-t-il. Aucun chiffre officiel n'est encore avancé, mais Volkswagen s'attend à des achats de voitures, grâce à la victoire des Bleus. "On ne mesure pas un effet immédiat sur les ventes, a fortiori mi-juillet, une période un peu plus creuse pour les ventes automobiles, avance Timothée Gazeau. En revanche, le jour où vous aurez cette intention d’achat, ou vous aurez un besoin de mobilité, plus votre image de la marque va être positive, plus les études que nous avons menées tendent à démontrer que la marque figurera davantage sur la liste que vous échafaudez."

Un effet sur la notoriété également attendu

Le PMU est en plein repositionnement. L'entreprise essaie de sortir de l'image vieillotte des paris hippiques pour percer sur l'énorme marché des paris sportifs. Il faut donc se faire connaître et reconnaître. Georges-Henri Bediou, responsable sponsoring du PMU expose l'intérêt d'être sponsor officiel. "Il y a beaucoup de concurrence, donc le fait d’être partenaire de l’équipe de France nous donne un avantage. On peut promouvoir notre marque en s’associant aux joueurs", relève-t-il. Il s'agit donc de se démarquer de la concurrence. "La réalité se traduit avec des parts de marché plus importantes sur les matchs de l’équipe de France que celles de nos concurrents", note Georges-Henri Bediou.

Si les sponsors n'avancent ni chiffres, ni prévisions, tous reconnaissent qu'investir sur les Bleus est payant. D'ailleurs, quasiment tous viennent de reconduire leurs partenariats avec la Fédération française de football pour les quatre ou cinq  prochaines années. 

Les Bleus : ticket gagnant pour les sponsors - un reportage de Solenne Le Hen
--'--
--'--