Fan-zones : le casse-tête des petites villes

Une centaine de rassemblements sont prévus dans toute la France à l'occasion de la finale de dimanche 15 juillet. Une situation qui ressemble parfois à un casse-tête administratif et financier pour les maires des petites ou moyennes communes.

FRANCE 2

À Mont-de-Marsan (Landes), la finale de la coupe du monde, il faudra la regarder à la maison ou dans les bars de la ville. Pas de fan-zone ni d'écran géant, certains habitants le regrettent. "Grosse déception, je trouve que c'est triste, confie l'un d'entre eux. On pouvait partager un moment de joie".

Une pétition a récolté plus de 2 000 signatures en 48 heures

Un choix du maire dicté, il l'assure, non pas pour des raisons budgétaires ou de sécurité, mais pour favoriser l'activité de son centre-ville : "Il était hors de question pour moi d'aller exporter une fan-zone à l'extérieur en périphérie, explique Charles Dayot. C'est surtout pour privilégier nos commerçants ici, qui vivent toute l'année : il y a aussi des périodes creuses. Donc il est hors de question, quand il y a des périodes où ils peuvent travailler, qu'on envoie les clients potentiels à l'extérieur". Plus au nord, à Lorient (Morbihan), la ville aussi a décidé de ne pas retransmettre la finale à ses frais. Question de moyens et de sécurité. Pourtant, elle l'avait fait ici même pour la demi-finale. Joris Wachdolder ne comprend pas : il a lancé une pétition sur internet. En 48 heures, il a récolté plus de 2 000 signatures, mais doute que la mairie revienne sur sa décision.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des supporters de l\'équipe de France dans une rue de Paris, le 10 juillet 2018. 
Des supporters de l'équipe de France dans une rue de Paris, le 10 juillet 2018.  (EMMA PROSDOCIMI / SIPA)