Coupe du monde : non, la France n'a pas commandé d'enquête sur le drone

Contrairement à ce qu'a indiqué la presse britannique dans un premier temps, Didier Deschamps n'a pas commandé d'enquête à la FIFA sur l'affaire du drone qui a survolé le premier entraînement des Bleus au Brésil, mardi 10 juin. 

Didier Deschamps lors d\'une conférence de presse à Porto Alegre (Brésil), le 14 juin.
Didier Deschamps lors d'une conférence de presse à Porto Alegre (Brésil), le 14 juin. (FRANCK FIFE / AFP)
A en croire le Daily Mail (en anglais), le staff de l'équipe de France aurait demandé à la FIFA de mener l'enquête sur le drone qui a survolé l'entraînement des Bleus, mardi 10 juin, à Ribeirao Preto (Brésil). Mais selon l'envoyé spécial du Figaro à Porto Alegre (Brésil), il s'agit d'une erreur de traduction. Interrogé sur l'incident, le sélectionneur a répondu que l'affaire ne relevait pas de son ressort mais bien de celui des autorités compétentes. Une manière de dire que "cette affaire relevait de l'anecdote", écrit Le Figaro. Et non qu'une enquête était en cours, comme l'affirme la presse britannique.
L'engin avait été aperçu lors du premier entraînement des Bleus, selon les informations de RMC. Le drone avait survolé la zone pendant plusieurs minutes, au grand mécontentement de l'encadrement. Toujours selon RMC, la police locale avait finalement interpellé un homme après le début de la séance. Ce dernier avait alors expliqué qu'il n'avait pas pu obtenir de place dans le stade pour assister à l'entraînement.