Coupe du monde : les marques aussi ont préparé leur mondial

Comme les sportifs de haut niveau, les marques aussi ont préparé de longue date leur mondial. Les produits additionnels devrait générer 45 millions d'euros de chiffre d'affaires, rien qu'en France.

L\'enseigne Celio s\'est associée à Tximista Lizarazu pour vendre des T-shirts à l\'occasion de la Coupe du monde.
L'enseigne Celio s'est associée à Tximista Lizarazu pour vendre des T-shirts à l'occasion de la Coupe du monde. (ALAIN JOCARD / AFP)

Il n'y a pas que les footballeurs qui attendaient la Coupe du monde avec impatience. Les marques ont elles aussi préparé de longue date "leur" mondial. En France, le chiffre d'affaires généré par la vente de produits additionnels pendant la compétition devrait atteindre 45 millions d'euros, au bas mot.

Pour les géants du sport comme Nike, ou Adidas, c'est une évidence. Idem pour les vendeurs de télévisions ou de pizzas à emporter. Mais il y a des marques que l'on n'attendait pas forcément sur ce terrain : le mondial est désormais aussi un rendez-vous incontournable pour l'un des leaders du prêt à porter féminin en France : Camaïeu.

Madame aime le foot

"On a un T-shirt avec des paillettes et un drapeau français, un autre avec inscrit 'madame aime le foot' et puis d'autres avec de petits footballeurs" détaille Mathilde Ichac, directrice de l'offre. "Camaïeu n'est pas forcément la marque que l'on attend sur ce domaine là, en revanche nos clientes sont des supportrices de l'équipe de France. En famille, leurs époux ou leurs enfants auront peut-être des t-shirts un peu plus techniques, mais on sent une appétence de plus en plus grande de la part des femmes pour ce genre d'événement."

Une autre marque de vêtements, Celio, s'est même offert pour l'occasion Tximista Lizarazu, fils du champion du monde 1998 et créateur de T-shirts amusants : une fois retournés par dessus-tête, le visage d'un as du football apparaît.

Retombées économiques

Chez les opticiens Atol, on a pensé à la famille avec des lunettes de soleil pour supporteur de tous âges. "Il y a deux modèles" explique Éric Plat, président des opticiens Atol. "Un bleu blanc rouge à l'intérieur de la branche, assez discrète, et un deuxième modèle sur lequel on applique des stickers micro-perforés sur les verres, qui flashent énormément et qui montrent vraiment que l'on est supporter des Bleus. On veut rappeler que si nous sommes des commerçants, nous nous inscrivons aussi pleinement dans la vie quotidienne de nos clients."

Éric Plat rêve de revivre l'euphorie d'il y a 20 ans : "J'aimerais bien que l'on renouvelle l'exploit de 1998. Quand tout un pays est derrière son équipe, ça a des implications sur l'économie et sur le moral des gens dont on aurait bien besoin."

Et même les marques de luxe s'y mettent : elevenparis, Fred Perry, ou même Louis Vuitton avec un sac façon "ballon de football" aux alentours de 3 000 euros.

Le reportage de Sophie Auvigne
--'--
--'--