Coupe du monde : le gouvernement algérien, premier sponsor des supporters des Fennecs

Les fans de l'équipe nationale qui ont fait le déplacement au Brésil ne paient plus un centime depuis la qualification en huitièmes de leurs protégés.

Un supporter algérien embrasse une réplique de la Coupe du monde, le 26 juin 2014, à Curitiba, au Brésil. 
Un supporter algérien embrasse une réplique de la Coupe du monde, le 26 juin 2014, à Curitiba, au Brésil.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Ne cherchez plus : le tarif imbattable pour assister aux matchs de poule de son équipe nationale en Coupe du monde, tous frais inclus, et se faire offrir la suite de la compétition par de généreux sponsors, c'est avec l'Algérie que cela se passe. Depuis 2009, subventionner les supporters de l'équipe de foot algérienne est devenu un enjeu politique majeur pour le gouvernement Bouteflika. Pensez-y quand vous verrez la tribune des supporters des Fennecs copieusement garnie lors du huitième de finale Allemagne-Algérie, lundi 30 juin au soir, à Porto Alegre (Brésil). 

Le pont aérien vers le Soudan

Tout a commencé en novembre 2009. L'Algérie et l'Egypte se disputent la dernière place qualificative pour le Mondial 2010 de la zone africaine. Les deux équipes terminent à égalité parfaite dans leur poule de qualification, après la victoire égyptienne au Caire 2-0. Juste après la rencontre, le bus des joueurs algériens est caillassé par les supporters égyptiens. Rapidement, l'affaire tourne à l'incident diplomatique : relations rompues entre les deux pays, refus d'accorder des permis de travail aux Egyptiens résidant en Algérie... Il faut pourtant disputer un nouveau match, sur terrain neutre, à Omdurman, au Soudan, pour départager les deux équipes. 

Des milliers de supporters algériens défilent dans les rues pour réclamer vengeance. Le gouvernement les exauce en mettant en place un véritable pont aérien entre Alger et le Soudan. Au total, près de 20 000 supporters des Fennecs se voient offrir le voyage pour défendre l'honneur national. L'ambiance dans le stade d'Omdurman est irrespirable, et les Algériens décrochent leur ticket pour l'Afrique du Sud (1-0). Le retour des supporters, bien moins glorieux, a été passé sous silence : entassés dans les terminaux de l'aéroport de Khartoum, certains ont attendu plusieurs jours qu'un avion d'Air Algérie les ramène au pays, raconte Le Monde

Des tarifs subventionnés à 75% par l'Etat

Cette victoire a boosté l'orgueil national, et la popularité du gouvernement. Du coup, le ministère des Sports et l'Agence gouvernementale de tourisme négocient des prix très bas pour encourager les supporters à se rendre en Afrique du Sud en 2010. Cinq cents euros le billet d'avion, et 1 600 euros le séjour tout compris pour assister aux matchs de poule, soit une subvention de 75%. Des tarifs préférentiels... mais encore inaccessibles pour l'homme de la rue. "C’est uniquement les enfants de riches qui pourront y aller, en plus des chanceux qui gagneront aux tombolas organisées par les sponsors", regrettait alors Samir, étudiant en pharmacie, cité par le site Magharebia. "C'est le prix d'une voiture !", renchérissait Djamel, fonctionnaire. Pas de regret : l'Algérie est éliminée dès le premier tour, sans avoir marqué le moindre but.

Toutes les places sont parties en cinq jours

Pour le Mondial 2014, même topo. Le séjour subventionné par le gouvernement, billet d'avion compris, s'élève à 3 690 euros pour deux semaines, nourriture et frais annexes compris, soit l'équivalent d'une semaine dans le camping de l'angoisse des Belges. "Cette tarification est entre 40 à 60 % moins chère que pour les autres nations prenant part à la Coupe du monde", se gargarise le ministre des Sports algérien, Mohamed Tahmi, cité par Maracana Foot. "Les 2 000 places mises en vente ont été épuisées en cinq jours, ce qui donne une idée de l’attachement des Algériens, toutes catégories confondues, à leur équipe nationale", se félicite Mohamed Tahmi, qui ajoute sur le site Algérie1.com que "65 femmes et des enfants de 6 à 16 ans font partie du voyage".

Encore mieux : depuis que l'Algérie est qualifiée pour les huitièmes, les supporters qui ont choisi les packages mis en vente par le gouvernement ne déboursent plus un centime. Deux opérateurs de téléphonie (Mobilis et Ooredoo) payent tous leurs frais jusqu'à l'élimination... ou jusqu'à la victoire finale, le 13 juillet.