Coupe du monde : l'Argentine se qualifie pour les quarts de finale en battant la Suisse 1-0, après prolongations

Dans un match assez terne, l'Argentine est parvenue à s'imposer en toute fin de match (1-0) grâce à un but de Di Maria à la 118e minute, mardi 1er juillet.

Angel Di Maria exulte après son but contre la Suisse, mardi 1er juillet à Sao Paulo (Brésil).
Angel Di Maria exulte après son but contre la Suisse, mardi 1er juillet à Sao Paulo (Brésil). ( BEN QUEENBOROUGH / BACKPAGE IMAGES LTD / AFP)

Pour l'Argentine, les matchs de cette Coupe du monde se suivent et se ressemblent. Comme depuis le début de la compétition, les coéquipiers de Lionel Messi ont souffert lors de leur huitième de finale face à la Suisse, mardi 1er juillet à l'Arena de São Paulo (Brésil). Et comme toujours, ils ont finit par s'imposer, cette fois grâce à un but de Di Maria au terme des prolongations.

L'Albiceleste affrontera en quarts de finale le vainquer de la rencontre Belgique-Etats-Unis. Voici ce qu'il faut retenir du match.

>> Revivez les temps forts du match sur notre direct commenté

 L'Argentine a (encore) peiné

Même privée de Sergio Aguero, blessé lors du match contre le Nigeria, l'attaque de l'Argentine avait fière allure lors du coup d'envoi. Gonzalo Higuain était flanqué par Ezequiel Lavezzi en pointe, Lionel Messi évoluait en meneur de jeu, et le Madrilène Angel Di Maria était chargé de distiller des centres et de percuter la défense helvète.

Las, cette armada offensive n'a que trop rarement réussi à inquiéter le gardien suisse Diego Benaglio. La faute à un jeu stéréotypé, fait de passes en profondeurs prévisibles et de frappes trop imprécises. Alors que des tirs en première intention étaient parfois préférables, les joueurs de l'Albiceleste ont préféré chercher des passes improbables dans la surface de réparation. Messi a ainsi attendu l'heure de jeu avant de tenter sa chance, une première.

La Suisse et son gardien ont cru en l'exploit

Préparés à être privés de ballon par les Argentins, les Helvètes ont choisi d'opérer en contre-attaque. Une option qui a failli s'avérer payante : la star de l'équipe, Xherdan Shaqiri, s'est retrouvée à plusieurs reprises en position dangereuse, débouchant sur des corners ou des coups francs interessants. Josip Drmic aurait même pu ouvrir le score à la 39e minute s'il n'avait pas tenté un lob absurde lors d'un face à face avec Sergio Romero.

Les Suisses peuvent également remercier leur portier, auteur d'un match remarquable. Mis à l'épreuve par les coups de boutoir de l'attaque argentine, Benaglio a totalisé huit parades durant la rencontre.

Deux minutes de folie pour clore un match terne

Au fil des minutes, le match baissait en intensité. Les Argentins tentaient, mais butaient sur une défense helvète solide, qui relançait sur un attaquant, qui lui-même échouait. Les critiques ont alors plu sur Twitter, certains comparant le match à une rencontre de troisième division anglaise.

C'était sans compter sur une fin de match explosive. Bien trouvé par Messi sur le côté droit de la surface suisse, Angel Di Maria s'est réveillé à la 118e minute pour ouvrir le score d'un plat du pied imparable. Décidée à accrocher une séance de tirs au but, la Nati décidait alors de jeter ses dernières forces dans la bataille en faisant monter son gardien de but sur un ultime corner, mais la tête de Blerim Dzemaili échouait sur le poteau.

Un coup franc à l'entrée de la surface dans les dernières secondes a permis aux supporters suisses de croire encore en l'exploit, mais Shaqiri enroulait trop sa frappe, qui échouait dans le mur. La preuve, s'il en fallait encore une, que l'Argentine a une bonne étoile dans cette compétition.

>> Retrouvez le résumé du match en vidéo sur le site de la Fifa