Cet article date de plus de sept ans.

Coupe du monde : François Hollande estime que "rien n'est impossible pour les Bleus"

"La France n'est pas favorite, et alors ?", lance le président dans "Le Parisien". Les Bleus "peuvent réussir", selon lui.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Hollande participe à un match de football caritatif au stade Charléty, à Paris, le 20 mai 2008. (PATRICK HERTZOG / AFP)

Il veut apporter aux Bleus "un message d'encouragement". François Hollande appelle les Français à soutenir l'équipe tricolore, à quelques jours du début de la Coupe du monde, dans une interview accordée au Parisien et publiée jeudi 29 mai.

"L'équipe de France doit être pour tous un motif de fierté, d'unité, de mobilisation, explique le président de la République, qui doit déjeuner avec les joueurs à Clairefontaine (Yvelines) dans la journée. Ce qui compte, au-delà du résultat, c'est l'image d'une équipe combative, solide et enthousiaste."

"Aucun défi ne doit nous être étranger"

Le Parisien interroge également le chef de l'Etat sur La Marseillaise, quelque temps après une polémique sur le silence de sa ministre Christiane Taubira durant l'hymne national. Les joueurs doivent-ils la chanter ? "C'est toujours un moment d'émotion, certains joueurs la ressentiront au plus profond d'eux-mêmes, d'autres la chanteront à tue-tête, répond François Hollande. Les pressions sur les joueurs sont inutiles."

Le président dit surveiller plusieurs adversaires, comme l'Allemagne, avec en mémoire la défaite en demi-finale à Séville (Espagne) en 1982, regardée à l'époque sur la télévision de son ami Jean-Pierre Jouyet, aujourd'hui secrétaire général de l'Elysée. Plus de trente ans après, "la France n'est pas favorite, et alors ?". "Rien n'est impossible pour les Bleus", conclut François Hollande, optimiste : "Ils peuvent réussir. Aucun défi ne doit nous être étranger."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.