Coupe du monde : Muntari et Boateng exclus de la sélection ghanéenne

Les deux joueurs phares du Ghana ont été renvoyés par leur fédération pour raisons disciplinaires à quelques heures du match décisif contre le Portugal.

Sulley Muntari (gauche) et Kevin-Prince Boateng (droite) ont tous deux été exclus \"jusqu\'à nouvel ordre\" de la sélection ghanéenne, a annoncé la fédération locale, jeudi 26 juin.
Sulley Muntari (gauche) et Kevin-Prince Boateng (droite) ont tous deux été exclus "jusqu'à nouvel ordre" de la sélection ghanéenne, a annoncé la fédération locale, jeudi 26 juin. (MLADEN ANTONOV / AFP)

L'équipe du Cameroun n'est plus la seule sélection de la Coupe du monde à s'inspirer du parcours désastreux des Bleus en 2010. La fédération ghanéenne a annoncé jeudi 26 juin l'exclusion de la sélection nationale de deux de ses stars, Kevin-Prince Boateng et Sulley Muntari, pour raisons disciplinaires. Une sanction avec effet immédiat qui intervient à quelques heures seulement du match des Black Stars contre le Portugal, décisif pour la qualification en huitièmes de finale du Mondial.

Kevin-Prince Boateng a été suspendu "jusqu'à nouvel ordre" pour avoir insulté son sélectionneur, James Kwesi Appiah, lors d'une séance d'entraînement à Maceio (Brésil) cette semaine. "[Il] n'a, depuis, manifesté aucun remords à propos de ses actes, ce qui a entraîné cette décision", explique la fédération ghanéenne sur son site (GFA). 

L'une des scènes "les plus honteuses du foot ghanéen"

Sulley Muntari a écopé la même sanction pour s'en être pris physiquement à Moses Parker, un membre du comité exécutif de la GFA. Le joueur, qui évolue au Milan AC, était, selon le site ghanéen AllSports, en première ligne dans le conflit qui a opposé les joueurs à la fédération au sujet des primes de participation au Mondial. Lui et ses coéquipiers avaient refusé de s'entraîner lundi, tant qu'ils n'avaient pas l'assurance de toucher leurs gains.

C'est après une réunion entre les joueurs et l'encadrement que Sulley Muntari s'en est pris à Moses Parker. Les deux hommes ont dû être séparés et le milieu de terrain aurait ensuite saccagé la chambre du responsable, rapporte AllSport, qui juge que la scène est "l'une des plus honteuses du football ghanéen"La fédération a en tout cas fini par accéder à la requête des joueurs, affrétant depuis le Ghana un avion chargé des primes en liquide, raconte 20minutes.fr.