Coupe du monde 2018 : "honte", "cauchemar", "triste"… Du gouvernement aux médias, l'élimination de la Mannschaft mine les Allemands

C'est la première fois dans l'histoire moderne de la Coupe du monde que l'Allemagne ne se qualifie pas pour les huitièmes de finale.

Des supportrices de l\'Allemagne après l\'élimination de la Mannschaft, le 28 juin 2018 à Sandhausen (Allemagne).
Des supportrices de l'Allemagne après l'élimination de la Mannschaft, le 28 juin 2018 à Sandhausen (Allemagne). (ULRICH PERREY / DPA / AFP)

Une déception nationale. Du gouvernement aux médias en passant par les simples supporters de la Mannschaft, toute l'Allemagne est sous le choc depuis l'élimination, mercredi 27 juin, des coéquipiers de Manuel Neuer au premier tour de la Coupe du monde.

Franceinfo revient sur ce désenchantement.

Au gouvernement

Le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel a partagé son spleen sur les réseaux sociaux. "Ce n'est pas notre Coupe du monde – que c'est triste !" a réagi Steffen Seibert dans un tweet peu après le coup de sifflet final du match contre la Corée du Sud, qui a dominé 2-0 les tenants du titre.

La chancelière a réagi un peu plus tard dans la soirée. "Nous sommes tous très tristes ce soir", a déclaré Angela Merkel, lors d'une conversation quelque peu inhabituelle avec un robot organisée lors d'un salon sur l'intelligence artificielle à Berlin. Pour le chef de l'Etat, Frank-Walter Steinmeier, il faudra "déterminer où étaient les erreurs" et voir "ce que l'on peut faire pour être présents dans le prochain tournoi".

Dans la rue

A Berlin, où des milliers de personnes se sont réunies au pied de la porte de Brandebourg, c'est une résignation teintée de colère qui règne. "Ce n'étaient pas des champions du monde, ils ne se sont même pas battus. On a joué comme des cochons, peste Oliver Fische. Notre élimination est totalement méritée : nous n'avions aucune 'gnaque', pas de courage, pas d'idées !" "Dehors !" et "au revoir", scandent même certains supporters. 

Un peu plus loin, Laura Kabinsky, une étudiante de 20 ans parée du même maillot, celui des vainqueurs du Mondial 2014 au Brésil, garde le sourire et de la distance : "Nous étions trop lents, on ne mérite pas d'aller plus loin", dit-elle, même si elle pense déjà à l'avenir : "On verra si on sera meilleurs dans deux ans lors de l'Euro."

Dans les médias

Ancien gardien de l'Allemagne, Oliver Kahn a confié sa déception sur le plateau de la chaîne publique ZDF. "Le maillot semble peser un million de tonnes sur les épaules des joueurs", constatait-il. Pour le commentateur de la ZDF Béla Réthy, c'est "un choc pour le football allemand" probablement lourd de conséquences. Il se demande en particulier si le sélectionneur Joachim Löw va conserver son poste.

D'autres médias sont beaucoup plus virulents, parlant de "honte historique". "Pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde, l'équipe nationale d'Allemagne échoue dans les phases de groupes", souligne Der Spiegel (en allemand)"Notre cauchemar de la Coupe du monde est devenu réalité", s'exclame de son côté le journal populaire Bild (en allemand). Et en plus "nous sommes derniers du groupe".

Jeudi matin, Bild a décidé de reprendre la même une que le 1er juillet 2014, lorsque l'Allemagne avait battu le Brésil 7 à 1. Mais cette fois, sur la photo barrée du titre "pas de mots", le milieu de terrain Toni Kroos n'a pas le sourire.

Le quotidien Süddeutsche Zeitung parle lui de faillite historique, avec une photo du désarroi de Mario Gomez et Mats Hummels.

La une du \"Süddeutsche Zeitung\", le 28 juin 2018.
La une du "Süddeutsche Zeitung", le 28 juin 2018. (Süddeutsche Zeitung)

Enfin, le magazine spécialisé Kicker titre sur la "fin historique" de ce tournoi, avec un montage de la Coupe du monde à terre. 

La une de \"Kicker\", le 28 juin 2018. 
La une de "Kicker", le 28 juin 2018.  (KICKER.COM)