PSG-Les Herbiers en finale de la Coupe de France de football : "La finale, on l'a déjà gagnée dans les cœurs"

PSG-Les Herbiers : c'est l'affiche ce mardi de la finale de la Coupe de France de football. "Une aventure exceptionnelle", pour Véronique Besse, la maire des Herbiers, qui espère malgré tout "ramener un but".

La maire des Herbiers Véronique Besse au stade de la Beaujoire pour le match entre les Herbiers et Chambly, en demi-finale de la Coupe de France, le 17 avril 2018.
La maire des Herbiers Véronique Besse au stade de la Beaujoire pour le match entre les Herbiers et Chambly, en demi-finale de la Coupe de France, le 17 avril 2018. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

La finale de la Coupe de France de football oppose mardi 8 mai le leader du championnat de Ligue 1, le PSG, aux Herbiers, club amateur de National, l'équivalent de la troisième division. Même si l'issue du match ne semble pas être incertaine, les Vendéens bénéficient d'un soutien de tout un département. Invitée sur franceinfo lundi soir, Véronique Besse, la maire des Herbiers, accueille cet évènement comme une "aventure exceptionnelle" pour son équipe qui fait figure de "petit poucet face à l'ogre parisien". Elle espère malgré tout "ramener un but". Mais elle l'assure : "la finale, on l'a déjà gagnée dans les cœurs."

franceinfo : Cette finale de la Coupe de France est une bonne publicité pour la ville des Herbiers ?

Véronique Besse : Tous les feux des projecteurs sont sur nous depuis plusieurs semaines, d'abord sur la belle équipe des Herbiers et sur la ville d'une manière générale. On a une aventure extraordinaire. C'est assez fantastique. C'est une belle publicité pour la ville avec une belle image de dynamisme, une ville qui est derrière son équipe. C'est une ville et tout un département qui est derrière cette équipe, et même au-delà. On reçoit beaucoup de messages de sympathie des quatre coins de la France. Pour la ville, pour le département, c'est inespéré. Nous sommes en finale, ces joueurs vont fouler la belle pelouse du Stade de France. Avec une belle équipe en face, le PSG, c'est une belle affiche. En tant que maire des Herbiers, je suis très émue.

Quel est le budget des Herbiers ?

Deux millions d'euros. À côté des 540 millions d'euros du PSG, c'est vrai qu'on n'a pas les mêmes valeurs. On fait figure de petit poucet. Moi, cela me va bien. Nos joueurs ne sont pas déméritants. Ils ne lâchent rien. On croit que tout est perdu, mais tout est possible, même contre le PSG. Je pense que le PSG n'a pas intérêt à nous mettre la raclée. On ne sera peut-être pas ridicule. Moi, j'aimerais bien, à défaut de ramener aux Herbiers la Coupe de France, ramener un but. Ce serait bien. Vous savez, la Coupe de France, la finale, on l'a déjà gagnée dans les cœurs. Les joueurs ont à cœur de gagner, de faire le maximum. Ils vont peut-être être, dans les premières secondes, un peu impressionnés. Et après je pense qu'ils vont être totalement décomplexés.

Vous recevez énormément de message de partout en France. Les footballeurs des Herbiers sont-ils un peu les messagers du football amateur, du football de toutes les petites villes de France ?

Je pense que les Herbiers, pour quelques heures, sera la capitale de la France. Quand on regarde tous ces messages, c'est le foot du cœur contre le foot business. Nous sommes des amateurs, un petit club qui ne démérite pas. On est le tout petit poucet, et on va affronter l'ogre parisien. Ce sont des messages sentimentaux que l'on reçoit. Il y a un peu de tendresse.

Quel est votre pronostic pour cette finale ?

Je dis qu'impossible n'est pas Herbretais. À part cela, 3-1 pour Paris. Ce qu'il faut nous souhaiter c'est de rapporter la Coupe de France. Si on va aux tirs aux buts, tout est possible. Mais on ne sera pas déçu si on ne la rapporte pas. Mais on peut se permettre d'y croire un petit peu, de rêver. Mais on ne sera pas déçu, quoiqu'il arrive.