Coupe de France. "J’ai respiré l’air que Zizou a respiré" : l'équipe des Herbiers galvanisée par son séjour à Clairefontaine

Avant la finale de la Coupe de France de football mardi au Stade de France face au PSG, la modeste équipe des Herbiers (Vendée) a pris ses quartiers à Clairefontaine, le centre d'entraînement des Bleus. 

L\'équipe des Herbiers à Clairefontaine, le centre d\'entraînement de l\'équipe de France de football, le 6 mai 2018.
L'équipe des Herbiers à Clairefontaine, le centre d'entraînement de l'équipe de France de football, le 6 mai 2018. (MAXPPP)

L'équipe des Herbiers (Vendée) de Nationale 1 disputera mardi 8 mai la finale de la Coupe de France de football face au PSG, au Stade de France. L'affiche inespérée pour ce modeste club est accompagnée depuis dimanche d'un bref séjour à Clairefontaine, le centre d'entraînement des Bleus. Une préparation dans la cour des grands qui émeut les joueurs. 

La "magie" d'un lieu mythique

À Clairefontaine, tout paraît plus grand et plus beau. Florian David, milieu de terrain des Herbiers, est émerveillé par ce célèbre lieu du football français. "Quand on s’est inscrit au foot, on voulait passer par des moments comme ça, marcher sur les pas des vainqueurs de la Coupe du monde 1998 et de ces joueurs qui vont aller en Russie", dit-il, en indiquant les installations "extraordinaires" du centre d'entraînement. La vie de château impressionne aussi Ambroise Gboho. Le jeune attaquant de 23 ans explique qu'il a l'habitude de voir l’arrivée des Bleus dans ce lieu à la télévision. Et c'est son tour. "Être dans les chambres des joueurs de l’équipe de France, au château, c’est magique", confie le joueur.

J'ai la chambre d'Hugo Lloris. c'est top !Ambroise Gboho, attaquant des Herbiersà franceinfo

Pierre Germann, 33 ans, cumule les émotions. C'est la première fois qu'il vient à Clairefontaine. Et mardi, il viendra au Stade France seulement pour la deuxième fois, après une découverte en tant que spectateur. Privilège de l’âge ou hasard du tirage au sort, pour cette préparation, le milieu de terrain des Herbiers met ses pas dans ceux de Zinédine Zidane, en posant sa valise dans la chambre autrefois attribuée au Ballon d'or de 1998. "Je suis fier de vivre cet événement dans cette chambre. J’ai respiré l’air que Zizou a respiré", s'émeut le joueur vendéen. Pour d'autres, la cerise sur le gâteau se trouve en cuisine. À la table de Clairefontaine, le rêve continue. "Ce n’est pas la cantine, c’est un 4 étoiles", s'exclame le défenseur Quentin Bonnet, avouant qu'il resterait bien une semaine...

Les Herbiers déjà dans la cour des grands à Clairefontaine : un reportage d'Antoine Martin
--'--
--'--