Corse : retour sur une semaine de violences

Ce 20 février doit se tenir une manifestation à Bastia (Haute-Corse). Une semaine après les heurts survenus à Reims, France 3 revient sur les faits.

FRANCE 3

La tension ne retombe pas en Corse. Les autorités locales appellent au calme et à la dignité. La ville de Bastia (Haute-Corse) est placée sous haute surveillance ce samedi 20 février. 400 CRS et gendarmes mobiles sont mobilisés. Plusieurs bâtiments publics ont été fermés en vue de la manifestation prévue dans l’après-midi. Elle a été lancée à l’appel du principal groupe de supporters de football de la ville, une semaine exactement après les heurts survenus en marge du match Reims/Bastia.

Trois nuits d'affrontements

Tout commence samedi 13 février à l’issu de la rencontre de football Reims/Bastia. Huit supporters sont interpelés lors d’incidents avec les forces de l’ordre. Un supporter corse perd un oeil. Il assure avoir été blessé par un tir de flashball. Mais son témoignage sonne faux pour certains. De dimanche à mardi, la Corse va connaître trois nuits d’affrontements. Les lycées sont mobilisés. Les syndicats étudiants nationalistes bloquent la faculté de Corte où étudiait le jeune supporter éborgné. Jeudi c’est l’accalmie, mais elle tourne court quand une première condamnation tombe pour un supporter : cinq mois de prison ferme. Ce samedi, Bastia s’attend à une autre journée de manifestation, placée sous haute surveillance.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le rassemblement organisé samedi 20 février 2016 devant le palais de justice de Bastia (Haute-Corse) en soutien à un supporter corse blessé dans des heurts avec la police.
Le rassemblement organisé samedi 20 février 2016 devant le palais de justice de Bastia (Haute-Corse) en soutien à un supporter corse blessé dans des heurts avec la police. (ELSA ARNOULD / FRANCE 3 CORSE VIASTELLA)