Cet article date de plus de six ans.

Fifa : l'Allemagne soupçonnée d'avoir livré des lance-roquettes à l'Arabie saoudite pour obtenir le Mondial 2006

Berlin aurait emporté le vote pour l'organisation de la Coupe du monde grâce à des livraisons d'armes à Riyad et d'importants investissements en Thaïlande et en Corée du Sud.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des supporters allemands pendant le Mondial 2006, en Allemagne. (LUKAS COCH / ULMER / PICTURE ALLIANCE / AFP)

A l'époque déjà, l'attribution du Mondial de 2006 à l'Allemagne avait semblé douteuse. En 2000, à Zurich, les membres de la Fifa lui avaient accordé 12 voix contre 11 pour l'Afrique du Sud, pourtant favorite. Longtemps, les Allemands ont voulu croire au pouvoir de la "diplomatie du club de golf de Franz Beckenbauer", vieille gloire du football de RFA. "Mais ceux qui connaissent la Fifa n'y ont jamais cru", écrit Die Zeit (en allemand). Le quotidien allemand révèle, jeudi 4 juin, des investissements massifs en Asie et des livraisons d'armes à l'Arabie saoudite. Un nouveau scandale pour la Fifa.

Le constructeur automobile allemand "Daimler a investi des centaines de millions d'euros dans Hyundai, alors qu'un fils du fondateur de la marque siégait au conseil d'administration de la Fifa". Les groupes Volkswagen (automobile) et Bayer (chimie, pharmacie) ont eux promis d'investir en Corée du Sud et en Thaïlande. Et surtout, "une semaine avant le vote, le gouvernement de Gerhard Schröder a bouclé la livraison de lance-roquettes à l'Arabie saoudite", affirme Die ZeitL'Allemagne a "temporairement levé un embargo sur les armes" pour effectuer cette livraison, confirme au quotidien l'ancien cadre de la Fifa Guido Tognoni.

Die Zeit estime que ces pratiques sont "potentiellement légales, mais contraires à l'esprit du sport". Après ces révélations, le Bundestag, Parlement allemand, pourrait tout de même réclamer une enquête. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corruption à la Fifa

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.