Corruption à la Fifa : les enquêteurs vont poursuivre "de nouvelles personnes"

"Nous n'en sommes pas encore à la mi-temps" de l'enquête sur les soupçons de corruption à la Fifa, a déclaré le procureur suisse Michael Lauber ce lundi à Zurich, lors d'une conférence de presse commune avec la ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch. Le monde du football peut s'attendre à de nouvelles secousses.

(La ministre de la Justice américaine et le procureur général suisse ont fait le point sur les deux enquêtes en cours © REUTERS | Ruben Sprich)

La justice américaine prévoit d'engager des "poursuites contre de nouvelles personnes et organisations" , a annoncé la ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch, qui enquête sur des soupçons de corruption au sein de la Fédération internationale de football (Fifa). Mais cette dernière n'a donné aucun nom.

A LIRE AUSSI ►►► Corruption à la Fifa : "Un moment difficile pour le football" (Blatter)

Pour l'instant, 14 personnes sont dans le viseur de la justice new-yorkaise : neuf membres de la Fifa et cinq hommes d'affaires. D'après l'enquête américaine, lancée par Loretta Lynch alors qu'elle était encore procureur à New York, ce sont 150 millions de dollars de pots-de-vin et de rétrocommissions qui auraient circulé dans les hautes sphères du football depuis 25 ans.

81 cas suspects de blanchiment

Dans le cadre du volet suisse de l'enquête, sur les conditions d'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar, "des actifs financiers ont été saisis, y compris des appartements dans les Alpes suisses" , a révélé le procureur suisse, Michael Lauber. Selon lui, l'enquête "est encore loin de la mi-temps"

A LIRE AUSSI ►►► Fifa : des pots-de-vin versés pour l'organisation du Mondial 98 en France ?

Cet été, la justice suisse avait révélé 81 cas suspects de blanchiment d'argent signalés par les banques. Ont-ils un lien avec l'attribution des Mondiaux ? "Ces preuves n'ont pas été fournies" , avait alors déclaré Domenico Scala, président du Comité d'audit de la Fifa. Mais d'après lui, "s'il existe des preuves que la Russie et le Qatar ont obtenu la Coupe du monde grâce à des pots-de-vin, alors elle pourrait leur être retirée".