Congo, Claude Le Roy : "C’est un duel qui a l’allure d’un derby"

Pour la première fois depuis 41 ans, la CAN oppose les deux Congo : les "diables rouges" du Congo affrontent les "léopards" de la R.D.C. en quarts de finale, en Guinée équatoriale, à 17h à Bata. Deux équipes qui ont créé la surprise lors du premier tour. Le vainqueur retrouvera en demi-finale celui du choc Côte d’Ivoire/Algérie.

(Claude Le Roy, sélectionneur français du Congo, © Reuters Amr Dalsh)

Congo contre Congo. Le Congo affronte la RDC en quarts de finale de la CAN ce samedi. Une première depuis 41 ans. Claude Leroy, le cunsultant de France Info est à la tête de l'équipe de foot du Congo depuis un peu plus d’un an. Il a également dirigé la sélection de la R.D. du Congo, de 2004 à 2006 et de 2011 à 2013. C’est sûr il y aura un Congo en demi-finale et Claude Le Roy espère que la fête se fera à Brazzaville plutôt qu’à Kinshasa. 

J.B. : Le Congo faisait partie des petits poucets au premier tour, quel est aujourd’hui l’état d’esprit de vos joueurs avant le duel contre la R.D.C. ?

C.L. : Ils sont joyeux, heureux, humbles. C’est notre marque de fabrique. On sait que rien ne sera facile pour nous et qu’on dispose d’une faible marge de manœuvre. En qualifications, on a fait un beau parcours en sortant le Nigeria, champion d’Afrique en titre, et en terminant 2e derrière l’Afrique du sud. Là au 1er tour, on a sorti le vice-champion le Burkina-Faso, donc ce n’est que du bonheur.

J.B. : Est-ce que vous avez constaté que votre est monté en puissance pendant le 1er tour ?

C.L. : Ils ont grandi ! Les 23 ont découvert la Coupe d’Afrique. Le match d’ouverture contre le pays hôte a été difficile. J’ai dit qu’on était là pour apprendre. Mais certains élèves apprennent plus vite que d’autres.

J.B. : Retrouver la R.D.C., c’est un tirage heureux ou un cadeau empoisonné ?

C.L. : Non, c’est bien, comme dit Thievy Bifouma, il y aura au moins un Congo en demi-finale. Evidemment, on préfère que ce soit nous. Je connais bien l’équipe de la R.D.C. que j’ai emmenée deux fois en Coupe d’Afrique, j’ai lancé de nombreux joueurs qui la composent. On est content de les retrouver. On sait que ça va être un combat à la loyale. Ça devrait faire un très beau quart de finale, très engagé.

J.B. : Au premier tour, qu’avez-vous pensé des trois matchs nuls des « léopards », dirigés par Florent Ibenge, le dernier sélectionneur africain encore en lice ?

C.L. : Ils ont été impressionnants physiquement, mais ils ont manqué d’efficacité. Pourtant, avec Bokila, Mbokani, Bolasie et Kebano, ils ont un gros potentiel.

J.B. : Le Congo a débuté la compétition dans la discrétion, avec une victoire aujourd’hui tout serait possible ?

C.L. : ça serait incroyable bien sûr de se qualifier. On a battu le Nigeria en éliminatoires, on ne l’avait pas battu depuis 40 ans. On a gagné le 2e match du 1er tour, ça faisait 40 ans qu’on n’avait pas gagné un match de la CAN. On joue un ¼ de finale, ça faisait 40 ans qu’on ne s’était pas qualifiés… et ça fait 40 ans qu’on n’a pas battu nos voisins et rivaux de Kinshasa… On en rêve évidemment.

J.B. : Vous aviez dénoncé le manque d’organisation en début de compétition, est-ce que la Guinée équatoriale a rattrapé le retard depuis ?

C.L. : Oui, les conditions sont meilleures. D’abord, parce que 8 équipes ont quitté le pays après le premier tour… Ensuite il y a quelque chose de très chouette, l’image de l’Afrique est hyper positive, les stades sont pleins, les pelouses sont bonnes, alors c’est vrai qu’au début la logistique quotidienne a été compliquée, mais il faut aussi se souvenir que la compétition a été organisée à peine deux mois et reconnaître que la Guinée équatoriale s’en tire très bien.

J.B. : Parmi les autres quarts de finalistes, quelles sont les équipes qui vous ont plu ?

C.L. : L’Algérie, la Guinée, attention aussi à la Côte d’Ivoire malgré son parcours difficile elle conserve une grande qualité. La déception au premier tour, c’est le Sénégal qui était pour moi l’un des favoris. Maintenant, il va y avoir des matchs énormes. Nous, on retrouverait en demi-finales le vainqueur de Côte d’Ivoire/Algérie, vous imaginez ? … mais il y a loin de la coupe aux lèvres, on sait que ça va être un gros morceau ce match contre la R.D.C.