Cet article date de plus de dix ans.

Ce qu’il faut retenir du Mondial des Bleus

L’équipe de France a été éliminée en quarts de finale face à l’Allemagne ce vendredi (0-1). S’ils ont paru emprunté face à une Mannschaft plus expérimentée, les Français n’ont pas pour autant fait une mauvaise Coupe du Monde. Que faut-il retenir du Mondial des Bleus ?
Article rédigé par Matthieu Mondoloni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Didier Deschamps et Karim Benzema après la défaite face à l'Allemagne. © REUTERS/Charles Platiau)

Le Mondial brésilien s’arrête au pied du mur allemand pour la France. Comme en 1982, comme en 1986, la Mannschaft met fin au rêve tricolore. Les Bleus sortent de la compétition en quarts de finale après un match moyen, lors duquel ils n’ont pas réussi, ni tactiquement, ni techniquement, à prendre le meilleur sur leurs adversaires.

Ils ne sont pas pour autant passés à côté de leur Mondial brésilien. Didier Deschamps a atteint l’objectif qui avait été fixé par la Fédération française de football (FFF) avant la compétition : jouer les quarts de finale et faire partie des huit meilleures nations du football. Aux côtés du Brésil et de l’Argentine notamment, les Bleus se sont hissés à nouveau parmi les grands.

La nouvelle image des Bleus

Plus réconfortant encore, à deux ans de l’Euro qui se jouera en France, les Bleus font partie des quatre meilleurs pays européens, avec les Pays-Bas, l’Allemagne et la Belgique. A gagner encore un peu en expérience, la France peut espérer faire aussi bien en 2016, voire mieux.

Autre point positif, la nouvelle image de l’équipe de France. Ses matchs ont été suivis par des millions de personnes. Des milliers de spectateurs s’étaient encore réunis devant l’Hôtel de Ville à Paris par exemple, signe que la France aime à nouveau ses Bleus après la rupture de Knysna en 2010 en Afrique du Sud. La réputation de sales gosses du football fait place à celle d’un groupe soudé, uni autour de son sélectionneur Didier Deschamps, et proche de ses supporters.

Le sélectionneur français a certes poursuivi le chantier entamé par son prédécesseur, mais a réussi là où Laurent Blanc avait échoué : gérer les egos, les écarter au besoin, retrouver un groupe, une atmosphère et une solidarité que n’ont eu de cesse de mettre en avant les joueurs pendant la compétition.

La France doit encore grandir

Sur le plan sportif, il faut retenir l’apparition d’une génération prometteuse -et généreuse- associée à des anciens qui se positionnent légitimement en leaders. C’est le cas de Karim Benzema. Le Madrilène s’impose dans les vestiaires et sur le terrain. Avec trois buts lors de ce Mondial, il a retrouvé une efficacité qui l’avait fui pendant longtemps.

Autre satisfaction, la défense française. Elle n’a encaissé que trois buts lors de la compétition. Varane-Sakho, Varane-Kolscielny, Koscielny-Sakho, la charnière fonctionne. Quant au milieu de terrain, avec un peu plus d’expérience, il pourrait rapidement faire office de référence. A condition que Pogba s’assagisse et gagne en régularité.

A REVIVRE ►►► Les Bleus éliminés par l'Allemagne (0-1)

En résumé, une nouvelle équipe de France est née lors de cette Coupe du Monde. Elle doit maintenant grandir et s’épanouir. Elle doit continuer à faire place aux nouveaux talents tout en s’appuyant sur des joueurs d’expérience. Alors elle pourra, comme en 1998, comme en 2000 et en 2006, faire rêver et se hisser au sommet du football mondial.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.