Ce que l'on sait de la disparition de l'avion à bord duquel se trouvait le footballeur Emiliano Sala

L'appareil a disparu dans la nuit de lundi à mardi au-dessus de la Manche, lors d'un vol entre Nantes et Cardiff. Les chances de retrouver le pilote de l'avion et son unique passager, Emilano Sala, sont "minces", selon les autorités de Guernesey.

Les gendarmes à l\'entrée de la Jonelière, le centre d\'entraînement du FC Nantes, à La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique).
Les gendarmes à l'entrée de la Jonelière, le centre d'entraînement du FC Nantes, à La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique). (LOIC VENANCE / AFP)

Le joueur de football argentin Emiliano Sala était à bord de l'avion qui a disparu dans la nuit du lundi 21 au mardi 22 janvier au-dessus de la Manche, a appris franceinfo. Suspendues mardi soir pour la nuit, les recherches ont repris mercredi

Ni lui ni le pilote de l'appareil n'ont été retrouvés. "S'ils ont fait atterrir l'avion sur l'eau, les chances de survie sont à ce stade, malheureusement, minces", a écrit la police de Guernesey. Voici ce que l'on sait de ce possible crash. 

Il rejoignait Cardiff pour y jouer

Emiliano Sala venait de saluer une dernière fois ses coéquipiers nantais. "Merci pour tout le FC Nantes. Merci aux supporters et à mes coequipiers pour votre soutien de toujours", écrivait-il deux jours avant sa disparition. Emiliano Sala quittait Nantes en avion pour rejoindre Cardiff, au Pays de Galles (Royaume-Uni). 

Son transfert vers la capitale galloise avait été officialisé samedi 19 janvier. Cardiff City, actuel 18e de Premier League, venait de s'attacher ses services pour les trois prochaines saisons. Selon les médias britanniques, les promus gallois faisaient d'Emiliano Sala la recrue la plus chère de leur histoire. Montant de la transaction : environ 17 millions d'euros. Objectif : se sauver de la relégation. "Je suis très content d'être ici. C'est un grand plaisir (…). Pour moi, c'est spécial [d'être la recrue la plus chère du club]. Je suis venu ici pour aider mes coéquipiers et le club", avait réagi le joueur.

A bord de l'avion, le pilote et Emiliano Sala

L'avion, un modèle Piper Malibu, a décollé de Nantes dans la soirée. Emiliano Sala était le seul passager, et l'avion était piloté par un homme dont l'identité n'a pas été confirmée. Selon L'Equipe, le pilote aurait demandé à atterrir d'urgence, avant que le signal de l'avion soit perdu par le contrôle aérien. 

Vers 23 heures, les autorités maritimes françaises ont été informées de la perte de contact radar et radio d'un avion de tourisme au-dessus de la Manche, a indiqué à l'AFP la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. 

Il y avait quelques orages dans la zone, mais "rien de très intense"

La police de Guernesey décrit des "vents de plus en plus forts" et des "conditions difficiles en mer" pendant les recherches. Mark Wilson, un spécialiste météo cité par la presse britannique, précise qu'au moment de la disparition, il y avait "quelques turbulences, mais rien de très intense", rapporte 20 Minutes. "La vitesse du vent n'était pas si forte, autour de 30 km/h. Ensuite, un épisode de pluie important est descendu du nord-ouest depuis 23h30 lundi soir, et les vents sont désormais autour de 50 km/h."

Le footballeur a fait part de sa peur dans un message vocal

"Je suis dans l'avion, on dirait qu'il va tomber en morceaux, et je pars pour Cardiff." Dans un message vocal envoyé à ses proches via l'application WhatsApp, Emiliano Sala a fait part de sa peur à bord de l'appareil, peu avant le décollage depuis l'aéroport de Nantes. "Si dans une heure et demie vous n'avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu'on ne va pas me trouver, sachez-le", alerte-t-il dans ce message. "Qu'est-ce que j'ai peur !" dit-il encore. 

Plusieurs avions mobilisés pour les recherches

Les recherches ont commencé dans la nuit de lundi à mardi, avec "deux hélicoptères, deux avions et un bateau"Les recherches ont duré de nombreuses heures et "un certain nombre d'objets flottants ont été observés dans l'eau", a affirmé la police de Guernesey. "Nous n'avons pas pu confirmer si l'un d'eux provient de l'avion manquant", précisent les autorités. 

Interrompues à plusieurs reprises en raison des conditions météorologiques, les recherches ont repris mercredi matin, au lever du jour. La police de Guernesey précise que les chances de retrouver les occupants de l'avion sont "minces". 

Le club de Cardiff affirme que l'avion ne lui appartenait pas

Si la mère du footballeur, Mercedes Sala, assurait sur une télévision argentine que "l'avion qui le transportait appartenait au président [du club] de Cardiff", ce dernier dément. Mehmet Dalman a affirmé mercredi que le club avait proposé à Emiliano Sala de s'occuper du trajet entre Nantes et Cardiff, mais que l'attaquant avait préféré prendre "ses propres dispositions".

"Nous avions parlé au joueur et lui avions demandé s'il voulait que nous prenions des dispositions pour son vol qui, pour être honnête, aurait été un vol commercial", a déclaré Mehmet Dalman, selon des propos rapportés par le site d'information WalesOnline. "Il a refusé", a-t-il assuré. "Je ne peux pas vous dire qui a organisé le vol parce que je ne sais pas à ce stade – mais ce n'était certainement pas Cardiff City."

Le monde du foot réagit, ému et inquiet

"Pourvu qu'il surgisse de nulle part comme il le fait si bien pour marquer tous ses buts" : à l'image de Bryan Bergougnoux, ancien pro devenu entraîneur-joueur des amateurs de Thonon-Evian, le monde du foot a réagi, entre inquiétude et émotion, à l'annonce de la disparition de l'avion qui transportait Emiliano Sala.

"J'ai vu mon vestiaire très impacté ce matin, il est apprécié de tout le monde ici. On attend vraiment une issue favorable, on l'a évoqué avec les garçons avant l'entraînement", a ainsi déclaré Fabien Mercadal, l'entraîneur de Caen, où Emiliano Sala a évolué durant quelques mois en 2015, cité sur le compte Twitter du Stade Malherbe.